Marco Simone : « Je suis assez serein »

Ligue 2 / 01/03/2012 - 11h49 / Par Lucas B.
  


Dans une interview accordée au quotidien Nice-Matin, l'entraîneur de l'AS Monaco, Marco Simone, a évoqué le déplacement de son équipe à Sedan demain (20h20, 26ème journée de Ligue 2). Le coach italien a également parlé de sa situation personnelle, fragilisée ces derniers temps compte tenu du rachat du club princier, et des résultats irréguliers de l'équipe de la Principauté.

Selon lui, la victoire de vendredi dernier face à Laval (2-1) a eu un effet positif sur ses joueurs cette semaine à l'entraînement. Du moins pour ceux qui étaient présents... En effet, il déplore l'absence de nombreux éléments de son groupe (huit au total), partis en sélection : « Le groupe s'est un peu cassé en deux. On aurait aimé enchaîner sur une bonne semaine de travail, tous ensemble. ». Et lorsqu'on lui demande si les internationaux qui ont joué hier pourraient affronter Sedan deux jours après, le technicien admet qu'il n'a pas encore la réponse : « C'est jouable, mais il faut se déterminer au cas par cas. Qui a joué beaucoup ou peu ? Qui a voyagé loin et comment ? On effectuera un point précis ce jeudi ».

Une chose est sûre, l'entraîneur monégasque devra se passer des services de son meilleur buteur. Blessé à la cuisse contre Laval, Valère Germain ne sera pas du déplacement dans les Ardennes. Bien qu'il regrette l'absence de celui qu'il désigne comme « l'un des jeunes qui a démontré le plus de constance depuis que je suis arrivé », il tempère : « C'est dommage, mais j'ai d'autres solutions ». Sans s'épancher sur le sujet, Simone apporte néanmoins une précision quant au schéma tactique qu'il mettra en place face à l'actuel 5ème de Ligue 2 : « Touré ne sera pas seul en pointe ».

Concernant l'adversaire qui les attend demain soir au Stade Louis-Dugauguez, Marco Simone le définit comme « une vraie équipe, forte, solide, constituée de joueurs qui se connaissent très bien depuis longtemps, capable chaque année de viser la montée. De notre côté, il faudra être très costaud d'entrée là-bas, sinon la rencontre pourrait prendre rapidement un tournant négatif. Mais je suis assez serein. Au-delà de la difficulté avec les internationaux, je sens mon équipe prête à aller chercher un résultat ». Effet de communication ou réel optimisme ? L'entraîneur asémiste semble en tout cas fortement apprécier l'état d'esprit de ses troupes depuis quelque temps. La combativité de ses hommes et leur application dans le travail devraient rapidement porter leurs fruits selon lui : « Il y a des impressions, des regards, une façon de travailler. C'est palpable. Je peux me tromper mais je le sens comme ça. (...) Mon groupe, depuis mon arrivée, et même avec Banide, il est dans le dur, dans la souffrance. Il travaille sans satisfaction au bout. Et pourtant, je le vois au quotidien, il est là, il ne lâche rien, il travaille bien. Je le dis à mes joueurs : ce sont ces ressources-là qui vous feront sortir de cette situation. »

Pour conclure, le Transalpin, qui a assisté mardi à la rencontre France-Italie Espoirs (1-1) en compagnie de son ancien mentor, Arigo Sacchi, dans les tribunes du Stade Pierre de Coubertin, à Cannes, revient sur son cas personnel. Lorsqu'il est question de la pression qui pèse sur ses épaules à chaque rumeur de licenciement, Marco Simone répond : « Mais c'est peut-être vous, les journalistes, qui me mettez cette pression. Je sais la gérer. Mes joueurs, ils peuvent se sentir parfois un peu perdus. Je leur répète, ils ont cette force en eux. Et regardez Moratti (le propriétaire de l'Inter Milan), il n'a pas changé Ranieri car il n'a pas vu de magicien autour de lui. Même Mourinho, qui est un très bon entraîneur, n'est pas un magicien ». S'accrochant coûte que coûte à son poste, l'entraîneur monégasque n'est cependant pas sans savoir que ses nouveaux dirigeants peuvent à tout moment le remplacer d'un simple coup de baguette magique...

Nice-Matin

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an