Valère Germain : « J'espère avoir plus de temps de jeu ici »

Joueurs / 12/06/2011 - 17h47 / Par Maxime H.
  


Apparu dans le groupe professionnel en fin de saison et ayant même foulé les pelouses de Ligue 1 pour les deux premières fois de sa carrière, Valère Germain s'est vu récompensé de ses deux dernières bonnes saisons en CFA, avec la réserve monégasque. Mieux, il a même fait ses débuts de Équipe de France Espoirs, après avoir été sélectionné par Érick Mombaerts. FootMercato est allé à la rencontre de l'attaquant asémiste qui souhaite gagner du temps de jeu en Ligue 2... avec l'ASM ! Un temps intéressé par un prêt, le joueur voudrait désormais profiter de la descente du club pour gagner ses galons et continuer de progresser dans son club formateur.
 

Tout d’abord Valère, comment allez-vous ?
Et bien écoutez très bien merci. Je suis en vacances pour une dizaine de jours puisqu’on reprend aux alentours du 20 juin avec Monaco. Les vacances vont me permettre de faire le vide sur la fin de saison que j’ai vécue parce que tout est allé très vite pour moi. J’ai fait mes débuts en Ligue 1, j’ai été en équipe de France Espoirs. C’est un grand plaisir d’avoir été appelé.

Pour ceux qui ne vous connaissent pas parfaitement, pourriez-vous nous raconter votre parcours ?
J’ai commencé le foot à l’âge de 4 ans et demi dans un club à côté de Marseille. Mon père a dû faire une décharge pour que je joue parce que normalement on commence le foot vers 5-6 ans. Ensuite, mes parents ont déménagé à Orléans donc j’ai fait toutes mes classes là-bas, avec les clubs de l’ASPTT Orléans et de l’US Orléans. Ensuite, à l’âge de 14 ans, je suis allé au centre de pré-formation de Châteauroux. J’y ai passé 1 an. C’est là que Monaco m’a repéré et je viens donc de faire ma sixième année à Monaco.

Quelles sont vos principales caractéristiques sur le terrain ?
Je pense que c’est l’intelligence de jeu, l’anticipation, les déplacements. Je suis un joueur propre techniquement, qui peut utiliser ses deux pieds. J’ai un bon jeu de tête aussi, ça doit être un peu dû à mon père qui a été un bon joueur de tête aussi (rires). Après, je ne suis pas un joueur qui va faire des différences énormes avec de grands dribbles, mais je suis assez propre techniquement et efficace aussi.

Outre votre père Bruno Germain, avez-vous des modèles qui vous inspirent ?
Non, je n’ai pas de modèles en particulier. Mais j’essaye de regarder le plus de matches possible pour essayer de m’inspirer des grands joueurs, pour tirer les points positifs de chaque joueur afin de progresser.

Vous avez connu une fin de saison intense, vous qui avez fait vos premiers pas en professionnel. Quel regard portez-vous sur cette fin de saison à titre personnel ?
C’est allé très vite ! Il y a encore un mois et demi, j’étais en CFA. Le match qui a tout déclenché est un match à Anglet avec la réserve. On a fait 3-3 et j’ai marqué 3 buts. La semaine d’après, j’ai fait ma rentrée avec les pros à Saint-Étienne, où j’ai joué 20 minutes. Depuis, j’ai toujours été dans le groupe avec les pros. Le coach m’a refait confiance lors du dernier match contre Lyon puisque je suis rentré 30 minutes. Malheureusement, on connait la suite puisqu’on est descendu. À moi de travailler pour avoir plus de temps de jeu l’année prochaine.

Quels ont été les mots de Laurent Banide pour vous aider à entrer dans le grand bain ?
Quand je suis arrivé, il m’a tout de suite mis en confiance. Que ce soit lui ou tous mes coéquipiers d’ailleurs, que je connaissais déjà pas mal. Ils m’ont tout de suite parlé, le coach m’a dit que j’avais des qualités et que je pouvais apporter à l’équipe. C’est ce que j’ai essayé de faire même si ça n’a pas été suffisant pour maintenir le club en Ligue 1.

Des débuts encourageants, d’autant que vous avez pu jouer face à l’ASSE et l’OL, deux clubs phares du football français...
C’est sûr que ce sont deux rentrées face aux deux plus grands clubs de France ou presque ! Contre Saint-Étienne, j’étais tellement content de rentrer que je n’ai pas eu de pression particulière et c’était pareil contre Lyon. Après, c’est sûr que c’est au-dessus de la CFA. Ça va beaucoup plus vite, une erreur se paie cash. Mais je n’ai pas été surpris, je savais à quoi m’attendre.

L’an prochain, Monaco évoluera en Ligue 2. Pour un jeune formé au club, cela doit être assez dur à encaisser...
Forcément. On connait l’histoire de Monaco, la ville, les supporters. On était tous très abattu après le dernier match contre Lyon. Mais ce n’est pas sur ce match qu’on descend en Ligue 2. C’est sur les matches à domicile contre Caen ou Nancy où on n’arrive pas à gagner. Après, il y a ce match contre Lens où on prend un but dans les arrêts de jeu. Mais je pense que ça va permettre à Monaco de repartir sur de bonnes bases. Ça va permettre aussi à un certain nombre de jeunes, comme ceux qui ont gagné la Coupe Gambardella ou ceux qui ont une vingtaine d’années comme moi, d’avoir du temps de jeu. Avec la qualité des jeunes et quelques anciens pour nous appuyer, on pourra remonter assez vite en Ligue 1.

Comme vous le dîtes, cette descente peut permettre aux jeunes de gagner en temps de jeu. Avez-vous eu une discussion en ce sens avec le staff ?
Non, je n’ai pas eu de discussion particulière encore car après le dernier match tout le monde est parti en vacances. Peut-être que j’en aurai une à la reprise. Mais comme j’ai fait quelques entrées en fin de saison et que le coach comptait sur moi, je pense vraiment que si je fais une bonne préparation, que je me donne à fond et que je suis performant, alors le coach me fera confiance.

D’autant que l’AS Monaco est un club qui, de manière récurrente, a fait éclore pas mal de jeunes talents...
Oui, c’est sûr. Quand on voit tous les noms qui sont sortis de l’AS Monaco, ça nous donne envie de travailler encore plus. On sait très bien que Monaco est un club regardé en Europe donc ça nous donne envie de travailler. On va tout faire pour avoir du temps de jeu, pour progresser, et pour faire remonter le club le plus rapidement possible en Ligue 1 car il n’est pas à sa place en Ligue 2.

Début mai, vous disiez qu’un prêt dans un club en Ligue 2 pourrait vous intéresser. Maintenant que l’ASM est en L2, votre priorité va-t-elle à Monaco ?
Oui, bien sûr. Pour ma progression, le plus important est de jouer le plus possible. Je penchais donc peut-être plus pour un départ dans un club de Ligue 2. Pas mal de clubs voulaient que je vienne en prêt. Mais là, Monaco est en Ligue 2 donc j’espère avoir plus de temps de jeu ici. Je ne pense pas qu’énormément de joueurs vont arriver donc le coach fera sans doute confiance aux jeunes. À moi de saisir cette chance.

FootMercato

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an