Germain Sanou, un « grand goal » à l'ASSE

Gambardella / 09/05/2011 - 21h46 / Par Sébastien P.
  


Partenaire du site stéphanois Poteaux-carrés.com, Planète-ASM vous propose cette semaine, grâce à ce site, de vivre au plus près l'actualité des U19 Nationaux de l'ASSE, adversaire de l'ASM FC samedi pour le compte de la finale de la Gambardella. Ce lundi, retrouvez le portrait du gardien des Verts, Germain Sanou, aussi appelé « Grand Goal » par les supporters.

L’enfance d’un gardien : « Je suis né le 26 mai 1992 au Burkina-Faso. J’ai commencé à jouer au football très jeune avec les copains du quartier. Je me souviens qu’à  8 ou 9 ans, je jouais déjà gardien. Toujours. Et puis vers 11 ans, j’ai été repéré et on m’a proposé de prendre une licence dans le club du quartier. J’y suis resté 4 ans. »


Le premier centre : «C’est un formateur burkinabé très connu au pays qui  m’a proposé de rejoindre le centre de formation de l’ASSE au Burkina. J’y suis entré à 15 ans et j’y ai passé 3 années formidables. C’est à cette époque que j’ai rejoint la sélection nationale pour la première fois. »


L’arrivée en France : « Je suis arrivé au Centre de Formation de l’Etrat à 18 ans. Ce n’est pas facile de quitter le pays, sa famille, ses amis… Mais j’ai eu du soutien en arrivant, en particulier de tous mes copains africains. Maintenant ça va, je me sens bien. »


Une grande exigence : « Je suis conscient que je dois encore beaucoup progresser. Dans tous les domaines… Je dois améliorer ma prise de balle sur les frappes, sur les frappes avec rebonds en particulier, et mes relances à la main également. Je dois progresser physiquement aussi, dans les qualités de détente et de vitesse. Je suis malgré tout satisfait de ma progression depuis que je suis arrivé (NDPC : il a fallu insister un peu pour obtenir ce léger satisfecit) mais je sais qu’il reste encore beaucoup de travail. »


Un coup de pied de mammouth : « Ce n’est pas quelque chose que j’ai spécifiquement travaillé à Saint-Etienne. J’ai en revanche beaucoup travaillé le jeu au pied avec mon entraineur portugais en sélection nationale. »


Les ambitions : « Je souhaite progresser et m’exprimer le mieux possible à Saint-Etienne. Le club fait confiance aux jeunes, et pour nous c’est une grande source de motivation. Alors l’objectif, c’est la Ligue 1. »


Le parcours en Gambardella : « Notre force, c’est l’état d’esprit. C’est ça la force du groupe. Tout le monde est soudé. Je retiens en particulier le match à Grenoble où il a fallu tenir à 10 contre 11. Et puis il y a le match à Marseille aussi, j’ai fait une erreur mais tout le monde m’a soutenu. »


La finale : « Le plus important c’est de montrer la même solidarité pour gagner les duels. Gagner les duels c’est essentiel. Cette coupe, on veut vraiment la remporter pour tout le monde. On veut faire plaisir aux dirigeants, au coach, aux supporters et à nous-mêmes (NDPC : je fais alors remarquer à Germain qu’il parle souvent des supporters). J’aime ce public ! Les supporters sont toujours derrière l’équipe à Geoffroy Guichard, c’est exceptionnel. Alors oui, c’est aussi pour les supporters que je veux gagner la finale. »


L’adversaire : « Monaco ? Oui je les connais un peu. On a fait 0-0 chez eux en championnat et je les ai vus jouer en demi-finale contre Sedan. C’est une très bonne équipe, très technique un peu comme nous en fait. Face à un tel adversaire, la victoire ne pourra passer que par une grande volonté collective. »