Valère Germain ne veut pas s'arrêter là

Joueurs / 05/05/2011 - 10h13 / Par Maxime H.
  


Au stade Geoffroy-Guichard, les supporters monégasques ont pu voir que Laurent Banide appuye ses paroles par des actes. Lui qui souhaite davantage utiliser le centre de formation asémiste n'a pas hésité à convoquer Valère Germain, en l'absence de Chu-Young Park, et même de le lancer en Ligue 1, à la place de Georgie Welcome, en seconde période. Auteur d'une entrée intéressante et apparemment décomplexé, le natif de Marseille confirme qu'il ne s'est pas mis de pression inutile : « En fait, je ne me suis pas posé de questions... Laurent Banide m’a demandé, vers la 60e minute, d’aller m’échauffer assez rapidement et qu’il se préparait à me faire rentrer. J’étais tellement heureux de vivre ce moment que, finalement, je n’ai pas ressenti de réelle appréhension. Malgré la chaude ambiance du Chaudron. Alors, je me suis donné à fond sur le terrain, même si, dans la mesure où nous étions à 10 contre 11, je devais avant tout défendre, ce qui est assez spécial pour un attaquant. Mais je crois m’en être plutôt bien sorti et j’ai même failli inscrire un but en toute fin de match ».

Après avoir fêté ses 21 ans le mois dernier, Valère a pu remplir de fierté son père, présent dans les travées de Geoffroy-Guichard, pour la première sortie du fils : « D’Orléans où il réside, il a fait tout spécialement le déplacement pour me voir jouer. Je n’ai pas encore vu les images, mais je sais qu’à la télé, on l’a interrogé sur ma prestation, et qu’il était, semble t-il, très ému... » Le milieu du football professionnel n'est pourtant pas une nouveauté dans la famille. Son père, Bruno Germain, a porté les couleurs de Nancy, du PSG et de l'OM, entre autres, goûtant même aux joies d'une sélection en équipe de France. D'ailleurs, le jeune Valère a été conditionné : «  Avoir baigné dans ce milieu depuis sa plus tendre enfance, forcément, ça influence. A la maison, on regardait tous les matches avec mon père ; et on mangeait tout le temps les pâtes... »

Son intégration au groupe pro aurait néanmoins pu se faire plus tôt, comme le lui a signalé Laurent Banide, qui prête un oeil attentif aux performances des joueurs des équipes jeunes et CFA : « Il est venu me voir il y a trois semaines et m’a dit que si Monaco n’était pas dans la situation qui est la sienne en ce moment, il y a probablement longtemps que je m’entraînerais avec eux... » Pas de quoi avoir des regrets, cependant. Arrivé à 15 ans sur le Rocher, l'attaquant de l'équipe réserve éclot un peu sur le tard, lui qui joue en CFA depuis plusieurs années maintenant. Il avait par exemple été champion de France des réserves professionnelles en 2008, avec des joueurs comme Nkoulou, Mollo, Zola, Bulot, Thuram-Ulien, ... Devenu un pilier de la CFA, il veut maintenant profiter de sa courbe de progression pour « rester dans le groupe jusqu’à la fin du championnat, même si je suis suspendu pour le prochain match contre Paris pour avoir écopé de trois cartons en trois mois avec la CFA » (lire Germain et Kurzawa suspendus).

Avant de faire le point en fin de saison, en « visant d’être régulièrement appelé à jouer la saison prochaine. Et pourquoi pas devenir un titulaire à part entière en Ligue 1 ». Mais comme il est toujours difficile de passer directement de la CFA à la Ligue 1, il n'écarte pas l'hypothèse de faire un détour par la Ligue 2 : « Peut-être, mais encore une fois, je me plais ici. Toutes les conditions y sont réunies pour que je m’épanouisse. Alors, on verra... ».

Nice-Matin

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an