Pauwels : « Mbokani, l'attraction du championnat »

Interview / 25/08/2010 - 12h04 / Par Stéphane P.
  


Stéphane Pauwels, ancien recruteur de l'AS Monaco et désormais sous contrat avec Valenciennes, s'est confié en exclusivité pour Planete-ASM. Acteur déterminant dans la venue de plusieurs bons joueurs sur le Rocher, dont le dernier en date, le très attendu Dieumerci Mbokani, il ne tarit pas d'éloges envers le joueur congolais et affirme que l'ASM a fait une très belle pioche. Il évoque également deux autres noms bien connus en Principauté, à savoir, Moussa Maazou et Lukman Haruna, joueurs qu'il a ramenés en Principauté. Enfin, s'il salue la gestion du dossier Mbokani par Marc Keller, il se montre un peu plus amer envers le président Franzi.

Stéphane, vous avez longuement milité pour la venue de Mbokani : pouvez vous nous présenter ses qualités ?
Dieu est un joueur racé et doté d'une vitesse avec ballon très impressionnante. Il a une bonne technique et une bonne conservation du ballon. Seul en pointe, il peut perturber une défense et en profondeur il peut être redoutable.

Les supporters du Standard semblaient un peu déçus de son état d'esprit...
Il a un fort caractère, il faudra bien le gérer. Lors de toutes les rencontres européennes du Standard, face à Liverpool, Arsenal et Hambourg, il fut très fort et de loin le meilleur joueur de son équipe !

Bien que plus cher, Monaco a finalement opté pour Mbokani à la place de Maazou, que vous connaissez bien également : pouvez vous comparer les deux joueurs ?
Maazou, que j'ai ramené au club en janvier, s'est révélé efficace et il fut un choix de mercato d'hiver. Puissant et rapide il est cependant moins doué techniquement que Mbokani mais lancé, il peut « tuer » une défense. C'est un garçon charmant et agréable dans un groupe. Un joueur déjà intégré au collectif mais qui coûtait de l'argent. Il fallait aligner 4 millions d'euros pour le garder. Mbokani est un investissement alors que Maazou pouvait aussi l'être. Le top aurait été pour Guy Lacombe d'avoir les deux.

Sur quelles arrivées de joueurs à l'AS Monaco, êtes-vous impliqué ?
J'ai ramené au club Lukman Haruna, que j'avais repéré au Togo lors de la Coupe d'Afrique des moins de 17 ans et en Coupe du Monde des moins de 17 ans en Corée du Sud, trois mois plus tard. Je l'ai trouvé brillant et j'ai écrit à Marc Keller, depuis la Corée, pour le faire signer de suite. Didier Grosso l'a revu 20 minutes lors du dernier match de poules.
J'ai aussi insisté pour Maazou, j'ai fait signer un jeune Belge de 17 ans au club (Yannick Ferreira-Carrasco de Genk), libre, avant mon départ. C'est un grand talent !
Et pour Dieumerci, j'ai tellement insisté depuis un an à chaque réunion que Paul Marchioni est allé le voir. Marc Keller a réussi à le récupérer à un super prix, le Standard a refusé une offre de 12 millions en août 2009 et en voulait 15 ! Bravo au club !

Vous ne travaillez plus pour le club depuis juin. Pourquoi être parti alors que le club souhait initialement vous conserver ? (lire Stéphane Pauwels refuse un poste au Standard de Liège)
J'étais au club depuis 4 ans. J'ai été engagé par Jean-Luc Ettori et Marc Keller pour deux ans. Le président De Bontin m'a prolongé deux ans et en juin de cette année, le club ne m'a rien proposé donc j'ai signé à Valenciennes.

N'êtes-vous pas déçu d'avoir quitté le club du Rocher ?
J'ai quitté le club avec tristesse mais le sentiment du travail accompli ! Malheureusement, les recruteurs de l'ombre comme moi ne sont pas toujours reconnus. J'insiste aussi sur le fait que, contrairement à des agents, on se mouille pour des joueurs sans y gagner un franc ! L'amour du métier et de la découverte...
Si seulement monsieur Franzi savait cela...

Planete-ASM