Jemerson : « Nous avons trouvé un bon équilibre »

Ligue 1 / 07/03/2018 - 15h13 / Par Thomas S.
  


Une fois encore, à l'occasion de la 29ème journée de Ligue 1, l'AS Monaco sera sur le pont dès le vendredi soir. Et au vu de ses derniers résultats, il n'y a pas de quoi s'en plaindre. Ce week-end, c'est dans le bouillant Stade de la Meinau que les Rouge et Blanc iront défier un Racing Club de Strasbourg 15ème du classement. En préambule de cette rencontre, Leonardo Jardim et le défenseur central Jemerson ont répondu comme de coutume aux questions des journalistes lors de la conférence de presse organisée ce mercredi.

Comme ce fût donc régulièrement le cas ces dernières semaines, l'ASM jouera avant ses concurrents directs dans la lutte pour le podium. Dans le rôle du chassé depuis quelques journées, est-ce un avantage ? « Jouer les premiers est positif quand on gagne, mais ça peut également motiver les concurrents en cas de mauvais résultat. Cela ne change de toute façon rien à notre façon de préparer le match, à notre adversaire, à notre prestation. On aura tout le temps de penser au classement après, pour l'instant le principal c'est notre match. » affirme Jemerson. L'entraîneur reste quant à lui concentré sur les performances des siens, même s'il se satisfait de voir son équipe devancer Marseille et Lyon : « Je préfère bien sûr être 4 points devant que 4 points derrière, mais il reste encore 30 points à distribuer, le match à venir est toujours le plus important, car c'est celui qui nous donne la possibilité de garder notre avantage. » Un avantage que les hommes de la Principauté ont su construire ces dernières semaines en enchaînant les bons résultats. « Nous sommes dans une bonne période. Après un bon début de saison nous avons connu des moments difficiles, mais sur les derniers matches nous avons trouvé un bon équilibre, c'est ce qui explique notre série positive » reconnaît l'équipier de Kamil Glik en défense centrale.

Sur le flanc lors des derniers matches, le buteur et capitaine monégasque Radamel Falcao pourrait faire cette fois partie du groupe, à en croire son coach: « Si Falcao est apte, il sera avec nous, et s'il est dans le groupe il peut être titulaire ou sur le banc pour commencer. Nous sommes très heureux quand Falcao est avec nous, mais le groupe sait très bien que nous avons confiance en tout le monde. Nous avons plusieurs joueurs offensifs qui peuvent occuper cette place, notre stratégie met toujours en avant le jeu collectif. Tout le monde peut attaquer, tout le monde peut marquer. Falcao est notre titulaire naturel en numéro 9, mais il a été arrêté quatre semaines, il n'est peut-être pas à son meilleur niveau. » Malgré les très bonnes performances de ses coéquipiers en son absence, tout le monde se réjouit du prochain retour du Tigre, en commençant par son partenaire brésilien : « Falcao est un joueur important, qui manquerait à n'importe quelle équipe. Son retour va nous apporter de la qualité, même si nous avons su bien évoluer sans lui. Le coach a bien équilibré l'équipe en son absence, Keita Baldé et Jovetic l'ont très bien remplacé, même s'ils n'ont pas les mêmes caractéristiques. Ils sont plus mobiles quand Falcao est davantage un joueur de surface, un finisseur. C'est à l'équipe de s'adapter aux attaquants qui jouent. »

S'adapter, un leitmotiv de la méthode Jardim. S'adapter à son équipe, bien sûr, mais également s'adapter à l'adversaire, comme cela devra être le cas vendredi soir, face à Strasbourg, son engagement et son public. Jardim voit en eux « une équipe de qualité, ils sont très forts à la maison. Ils sont costauds, mettent beaucoup d'agressivité, de pression devant, et maîtrisent plusieurs systèmes tactiques. Il nous faudra faire un match sérieux et respecter l'adversaire pour espérer empocher les 3 points ». Sur la même longueur d'ondes, le numéro 5 asémiste « se méfie de Strasbourg, ils ont été les premiers à battre le Paris-Saint-Germain cette année. C'est un stade compliqué, une ambiance particulière. Ils mettent de l'intensité, jouent de longs ballons, disputent beaucoup de duels ».

Au vu du nombres d'internationaux présents à la Turbie, l'approche de la Coupe du Monde pourrait-elle faire baisser le pied à certains, soucieux préserver leur intégrité physique pour voir la Russie au mois de juin ? Le technicien portugais balaie l'idée d'un revers de la main : « Je ne pense pas que les joueurs soient inquiets pour la Coupe du Monde. S'ils veulent y être, ils doivent se montrer à leur meilleur niveau. Je ne comprends pas vraiment l'idée selon laquelle les joueurs devraient jouer ou s'entraîner moins, la Coupe du Monde est dans 3 mois, cela fait beaucoup de temps. Les joueurs concernés doivent au contraire rester performants pour être en confiance. » Là encore, même son de cloche du côté du stoppeur auriverde ( 2 sélections ) : « Bien sûr, les joueurs internationaux ont le Mondial dans un coin de leur tête, mais il ne faut pas y penser tous les jours. Moi, je suis tranquille, je fais tâcher de faire de mon mieux au quotidien avec mon club et les choses arriveront naturellement. »

Avant de conclure, Jardim a donné des nouvelles de son jeune attaquant Pellegri, récemment opéré « d'une pubalgie, une inflammation au niveau des adducteurs. Nous connaissions sa situation lorsqu'il a signé, nous avons décidé cela d'un commun accord, qu'il puisse se soigner tranquillement et bien commencer la prochaine saison. Cela peut arriver avec de jeunes joueurs qui débutent très tôt avec de grosses charges de travail, nous avons connu ça avec Martial, Bahlouli...»

Enfin, au lendemain de l'élimination parisienne face au Real Madrid en Ligue des Champions, le coach monégasque n'a pas souhaité tirer sur l'ambulance Unai Emery, mais n'a pas manqué de rebondir pour mettre en valeur le travail effectué du côté du Rocher ces dernières années : « Je ne suis pas là pour juger les choix tactiques des autres. C'est dommage de ne plus avoir d'équipe française en Ligue des Champions, nous avons besoin de gagner des points au coefficient UEFA pour qualifier plus d'équipes. Mais c'est de plus en plus difficile chaque année de se qualifier pour les huitièmes, les quarts... Cela met aussi en avant la qualité de notre projet sportif : en 4 ans, Monaco est arrivé une fois en quarts et une fois en demies. Ce n'est pas le titre, mais ce sont des moments très positifs. »


 

Jemerson de Jesus Nascimento


Accéder à la fiche du joueur