Orgueil et discipline

Temps additionnel / 05/02/2018 - 15h54 / Par Norbert Siri
  


Quel dommage que l’assistance vidéo n’ait pas sévi lors du match de Ligue 1, Marseille-Monaco, l’autre dimanche ! Elle aurait permis à notre équipe de repartir de l’Orange Vélodrome avec un succès mérité au vu de la deuxième mi-temps et, comme l’OM aurait perdu un point et l’ASM en aurait obtenu deux de plus, la donne aurait été bien différente pour notre club à l’heure où il se préparait à accueillir l’Olympique Lyonnais pour la troisième manche d’une confrontation devenue un classique et un sommet de la L1. Cette saison, les Monégasques se sont déjà inclinés à deux reprises devant les hommes de Jean-Michel Aulas, de peu, sur le même score de 3 à 2. On se souvient du coup franc victorieux de Nabil Fékir en octobre, en championnat, à l’ultime seconde du temps additionnel, et, tout récemment, en Coupe de France, du coup de tête rageur de Kamil Glik, qui s’est écrasé sur la transversale adverse avant le coup de sifflet final de l’arbitre. Autant dire que, dimanche soir, il y avait de la revanche dans l’air frisquet de Fontvieille.

A la demi-heure de jeu, Keita Balde s’est emparé du ballon au centre du terrain, a transpercé la défense lyonnaise regroupée avec la puissance qui le caractérise et, à l’angle de la surface de réparation adverse, a ajusté un tir croisé d’une fulgurance et d’une précision diaboliques. En réduisant l’écart de manière aussi remarquable, le Sénégalais ignorait encore qu’il venait d’ouvrir la voie du succès à son équipe, pourtant déjà menée de deux buts par d’entreprenants Lyonnais et qui avait perdu Danijel Subasic dans le premier quart d’heure, remplacé par le remplaçant du remplaçant, Seydou Sy, par ailleurs impeccable. Hélas ! Le distingué buteur ne terminera pas la mi-temps sur la pelouse, obligé de la quitter prématurément à cause de deux cartons jaunes ballots, promptement brandis par le diligent arbitre. Au fait, quelques minutes plus tôt, ce dernier n’avait pas remarqué une faute commise dans sa surface par un défenseur adverse sur Kamil Glik, monté aux avant-postes pour un coup de pied arrêté. La faute n’avait heureusement pas échappé au juge de touche, si bien que Radamel Falcao avait égalisé en transformant le penalty en deux temps. Admirable réaction d’orgueil des Rouge et Blanc en une poignée de minutes !

La seconde période promettait d’être un pénible chemin de croix pour les Monégasques, privés de Djibril Sidibé avant le match, privés de Danijel Subasic en début de partie, privés de Keita Balde à la pause et bientôt privés de Radamel Falcao, à nouveau blessé. Comment allait se comporter notre formation, réduite à dix et amputée d’autant de titulaires indiscutables ? La réponse est simple : en formant un bloc compact et en évoluant avec intelligence, abnégation et discipline. Les Rhodaniens ont bien entendu profité de leur supériorité numérique pour occuper outrageusement le camp monégasque. Mais leur domination territoriale s’est révélée totalement stérile, comme s’ils étaient devenus incapables de trouver les mêmes solutions offensives qu’au cours de la demi-heure initiale. Au contraire, c’étaient nos favoris qui se montraient les plus dangereux grâce à des contres rondement menés. Ils ont même failli marquer à trois reprises sur des frappes cadrées. La quatrième fut la bonne. A deux minutes de la fin, Stevan Jovetic, qui avait suppléé El Tigre et dont la finesse technique a apporté un bienfaisant soulagement à ses coéquipiers, servait l'insaisissable Rony Lopes (Photo : J-P Kieffer) qui fusillait son homonyme d’un maître tir au ras du second poteau.

Transcendés par la succession d’infortunes qui les ont accablés, les Monégasques ont su puiser dans leur mental inoxydable les ressources nécessaires au sursaut d’orgueil qui les a conduits à la victoire finale. Une victoire parfaitement méritée, saluée à juste titre par tous les témoins de cette rencontre, à commencer par la gent médiatique, qui s’était complu à enterrer notre équipe en grande pompe. Or, depuis, l’AS Monaco a manqué gagner à Marseille et battu Lyon, tout en se qualifiant pour la finale de la Coupe de la Ligue. Une semaine quasiment parfaite qui remet les points sur les i en replaçant notre club sur le podium. On regrettera seulement que son infirmerie se remplisse à un rythme soutenu, au point qu’on est en droit de se demander quelle formation Leonardo Jardim parviendra à composer les prochaines semaines, si Radamel Falcao, Thomas Lemar, les deux Adama, Diakhaby et Traoré, Rachid Ghezzal, Djibril Sidibé, Danijel Subasic, Diego Benaglio doivent encore déclarer forfait. Les trois quarts d’une équipe sur le flanc. Mais, avec la force de caractère qui les habite, nul doute que nos favoris sauront surmonter tous les obstacles.

Daghe Munegu.


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an