Balde : « Tout le monde sait que Monaco est un grand club »

Joueurs / 29/01/2018 - 18h04 / Par Thomas S.
  


Quelques instants avant qu'il n'ouvre le score au Stade Vélodrome hier soir, Keita Balde a bénéficié de visibilité via une interview de Raphaël Domenach diffusée dans le Canal Football Club. Son image, son parcours, Barcelone et Fabinho étaient au menu de cet entretien que vous relate Planete-ASM.

En dépit de son profil d'attaquant, tout en percussion (« Je suis un joueur qui aime le football offensif. J'aime me retrouver en un contre un, marquer, faire marquer, jouer pour l'équipe. »), le Sénégalais sait admirer toutes les palettes de jeu. Pour preuve, lorsque le journaliste l'interroge sur le coéquipier qui l'impressionne le plus dans l'effectif asémiste, sa réponse peut s'avérer surprenante : « Fabinho. Il a quelque chose qui me fait penser à Sergio Busquets. Le genre de joueur que le public ne regarde pas forcément, ils préfèrent voir Messi, Neymar... mais ceux qui connaissent vraiment le football regardent les joueurs comme Fabinho. Il est très impressionnant. »

Malgré son jeune âge (22 ans), le numéro 14 monégasque a déjà connu trois pays en Europe. Natif d'Arbucies, en Espagne, il a dès l'enfance rejoint la prestigieuse Masia, le centre de formation du FC Barcelone : « Quand à 9 ans, le grand Barça t'appelle, c'est forcément un rêve. Je sais que par la suite, ça peut sembler incroyable qu'un garçon de 16 ans choisisse de dire non à Barcelone, mais j'ai choisi d'aller en Italie car j'avais une très belle offre de la Lazio. J'étais convaincu qu'en allant là-bas, je pourrai atteindre mes objectifs plus rapidement. C'était un risque, mais il faut savoir prendre des risques, car sinon on s'ennuie dans la vie ! »

A l'image de son nouveau partenaire Jordi Mboula, Balde choisit donc de déserter le prestigieux club catalan pour découvrir au plus vite les joies du haut niveau en équipe première. Dans la capitale italienne, il dispute en quatre saisons 137 matches, pour 31 buts et 27 passes décisives, avec notamment un premier semestre 2017 de haut vol. Mais ses envies d'ailleurs et ses rapports avec les dirigeants gâchent les adieux : « C'est vrai, je suis parti en mauvais termes de la Lazio. Je voulais déjà partir l'année précédente, mais ils ont créé des problèmes pour m'en empêcher. Cet été, j'ai eu beaucoup d'offres. La Juventus m'a appelé beaucoup de fois, les deux clubs de Milan me voulaient aussi. »

Devant cette foule de prestigieux prétendants, qu'est ce qui l'a décidé à s'engager sur le Rocher ? « L'an dernier, je regardais beaucoup la Ligue 1 et particulièrement Monaco, car j'étais en contact avec l'ASM depuis déjà deux ans. Tout le monde connaît Monaco, tout le monde sait que c'est un grand club. L'an dernier, ils sont Champions de France, ils font la demi-finale de Ligue des Champions... Cela fait plusieurs années que le club fait de très bonnes choses. » Malgré une possibilité de plus-value dès ce mercato hivernal, via une hypothétique offre de 45 M€ de Naples, il n'est pas question d'un départ pour l'instant, six mois seulement après son arrivée à la Turbie : « J'ai entendu parler de cette offre de Naples cet hiver, mais ma tête est entièrement à Monaco. »

Également interrogé sur son image parfois sulfureuse, l'attaquant répond, sourire en coin : « On me donne parfois une mauvaise réputation, mais ça me renforce. Les gens qui me connaissent savent que je suis le contraire de ce qu'on peut dire, je suis gentil, respectueux. C'est ça ma satisfaction. Beaucoup de personnes qui me regardent à la télé, sur Instagram ou Facebook pensent que Balde c'est un mec qui aiment les grosses voitures, la fiesta, les femmes... J'aime la vie, c'est normal, mais le mieux est de rester tranquille, la vie normale et naturelle, c'est le meilleur côté de la vie. Le football, ce n'est pas pour toute la vie. » Tout ce que lui demandent les supporters de l'ASM, c'est de renvoyer, à l'image de son but hier soir dès les premières minutes, la meilleure image possible sur le rectangle vert.

Canal+

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an