Leonardo Jardim : « Ce n'était pas facile de jouer avec ce vent »

Ligue 1 / 17/01/2018 - 00h54 / Par Samy K.
  


Les deux entraîneurs, Leonardo Jardim et Lucien Favre, sont revenus en conférence de presse sur le match nul arraché in extremis par l'AS Monaco aux dépens de l'OGC Nice (2-2).

Leonardo Jardim (AFP via L'Équipe) : « Il faut féliciter tous les joueurs. Avec ce vent d'une telle force, ce n'était pas facile de jouer. Voir un match de ce niveau-là, c'est déjà pas mal. Parce que c'est très difficile de jouer. En première période, on n'a pas profité du vent. On sort avec 1-0 sans faire une bonne première mi-temps. En deuxième période, notre adversaire a été supérieur durant 20 minutes. Puis, on a poussé. On a réagi pour marquer en fin de match. Ce nul est justifié. Cela ne me suffit pas. Mais c'est un point important. La lutte pour la deuxième place se disputera jusqu'au mois de mai. Falcao, c'est ça. C'est un attaquant qui profite des opportunités. Comme Balotelli en face. Les grands attaquants c'est comme ça. Après le but du 2-1, on a essayé de prendre des risques avec tous les joueurs disponibles. Avec Rony Lopes dans le couloir et Jovetic plus axial, plus proche de Falcao. Puis en faisant sortir Ndoram qui a fait un bon match, pour apporter plus de technique au milieu et plus de qualité dans la construction. On a égalisé mais avant le but, on a également eu une bonne occasion. Je n'ai pas vu la main de Diakhaby. »

Lucien Favre (AFP via L'Équipe) : « Bien sûr, c'est une déception de prendre ce but à la dernière minute. Un but complétement évitable. C'est des leçons à retenir. On aurait mérité la victoire sur la deuxième mi-temps, même si notre première période n'était pas terrible-terrible. Dans ces conditions, il faut savoir rester calme pour éviter de faire ce qu’ils veulent qu'on fasse. Sur le premier but, je n'ai pas vu l'image. Mais on me dit qu'il y a main à 100%. Je ne suis pas contre l'arbitrage vidéo. Mais je suis pour les choses simples et claires. S’il y a une main claire ou un ballon qui a passé la ligne de but, par exemple. On était bon collectivement en deuxième mi-temps. Il y a eu plus d'allant et de démarquage. On a été plus à l'aise en deuxième mi-temps. »

AFP