Jordy Gaspar, un nouveau pari sur l'avenir

Joueurs / 11/07/2017 - 08h00 / Par Thomas S.
  


Depuis le début du mois de juillet, Planete-ASM vous présente chacune des recrues monégasques de ce début de mercato 2016-2017. Focus aujourd'hui sur Jordy Gaspar, défenseur latéral de son état. Arrivé libre de l'Olympique Lyonnais et désormais Asémiste jusqu'en 2020, le natif de Saint-Priest-en-Jarez a fêté ses 20 ans le 23 avril dernier.

Lyon-Monaco, aller simple

Depuis la remontée dans l'élite en 2013, Gaspar est le troisième lyonnais à poser ses valises à la Turbie. Après la réussite Anthony Martial, modèle de plus-value Made in ASM rongeant aujourd'hui son frein sur le banc d'Old Trafford, et le flop Bahlouli parti se frotter à la méthode Bielsa à Lille, les fans asémistes scrutent de près les débuts en Rouge et Blanc de celui qui est régulièrement comparé à Jocelyn Angloma. Ses premières sensations recueillies par le site officiel de l’ASM sont en tout cas encourageantes : « Les gars sont sympas, te mettent vite à l'aise. Vu qu'il y a beaucoup de jeunes, c'est moins compliqué. »

D'un point de vue géographique, il aurait été logique de voir Gaspar commencer sa carrière sous les vertes couleurs de l'AS Saint-Étienne, sa commune de naissance n'étant qu'à un jet de pierre de l'Étrat, centre d’entraînement de Ruffier et consorts. Mais le destin décide finalement de l'envoyer chez le voisin et ennemi, après un passage de 5 ans à Vaulx-en-Velin. Arrivé chez les Gones en 2008, il fait ses classes au sein du centre de formation lyonnais, d'abord comme milieu de terrain, puis, tel un Fabinho inversé, finit par être repositionné sur le couloir droit de la défense, où son profil athlétique malgré son petit gabarit (1m72, 58 kgs) séduit les observateurs. Il inscrit une première ligne à son palmarès en remportant le championnat de France U17 en 2014 avec une victoire 3-1 face au PSG, avant de s'incliner en finale du championnat U19 deux ans plus tard, face à ces mêmes Parisiens.

Ses anciens entraîneurs Cyrille Dolce (U13 et U15) et Armand Garrido (U17) se souviennent d' « un joueur dont la technique de passes et de dribbles a toujours été bien au-dessus de la plupart des latéraux en France. Pour moi, c’est le jeune qui a donné le plus de garanties à chaque fois », pour le premier, et d' « un vrai défenseur dans l’âme, un garçon de tempérament qui va toujours tout faire pour éviter la défaite » pour le second.

Un Espoir à moyen terme ?

Recruté quelques jours avant son presque homonyme Jordi Mboula, Gaspar compte plusieurs points communs avec son nouveau coéquipier. Présenté comme un grand espoir à son poste, il remplit les critères de la "recrue type" de l'ASM ces dernières saisons. Jeune joueur à fort potentiel, acheté à moindre coût (500 000 euros de frais de formation payés à Lyon, le joueur étant en fin de contrat entre Rhône et Saône), il a toutefois bénéficié, a contrario de l'ex-pépite de la Masia, d'une (petite) expérience en équipe première. Lancé dans le grand bain de la Ligue des Champions en septembre dernier par son coach Bruno Génésio lors d'une défaite 1-0 à Séville, il connaîtra sa première en championnat quelques semaines plus tard, avec une nouvelle défaite rhodanienne en terre niçoise. Averti en toute fin de match, le défenseur est remplacé dans la foulée. Passant l'essentiel de sa saison 2016-2017 entre le banc du Parc OL et les équipes de jeunes, il goûtera toutefois une seconde fois aux terrains de Ligue 1, le 5 novembre pour une victoire face au futur relégué, le SC Bastia.

Pas suffisant pour le convaincre de signer son premier contrat professionnel au sein du dernier 4ème du championnat. Après la passes d'armes entre son désormais ex-président Jean-Michel Aulas et son conseiller, Aimé Bafounta, le petit Jordy atterrit donc à la Turbie : « Je ne voulais pas me perdre à l'étranger, j'ai privilégié la France, et Monaco m'est apparu comme une évidence. C'est un club qui n'a pas peur de faire confiance aux jeunes, je suis sûr que je ne regretterai pas mon choix. Si je quitte mon club formateur, ma famille et ma ville, c'est que je sens que le projet monégasque a placé sa confiance en moi. Je suis convaincu d'y apporter ma contribution. Le projet monégasque a montré à l'Europe que le talent n'a pas d'âge. C'est ce qui m'a motivé, même si je m'attends à ce que ce soit dur. »

Désireux de faire ses preuves, et de donner une bonne image d'emblée à son nouveau coach, le jeune défenseur a suivi une préparation physique personnalisée de 10 jours avant d'intégrer le groupe pour la reprise le 30 juin dernier. S'il a été utilisé en amical (45 minutes, en seconde période, lors des deux rencontres) dans le groupe sans les internationaux actuellement en Autriche, rien ne garantit encore la présence de Jordy Gaspar dans l'effectif asémiste tout au long de la saison. Bien que sa polyvalence puisse l'amener à dépanner dans le couloir gauche, son avenir devrait être directement lié à celui de Djibril Sidibé et Almamy Touré. Le premier nommé est très sollicité durant ce mercato, mais sa mise en avant par le club pour les présentations des nouveaux maillots domicile et extérieur semblent pousser la tendance à une saison supplémentaire chez le Champion de France.

Gaspar pourrait ainsi être cédé en prêt pour accumuler du temps de jeu. Plusieurs clubs, en Ligue 1 comme ailleurs, sont intéressés par son profil. « Moi, c'est le jeu qui m'obsède. Ce qui m'importe, c'est jouer. Les dirigeants monégasques ont été très clairs à ce sujet : soit je joue à Monaco, soit je fais l’objet d’un prêt. A partir du moment où on me donne du temps sur le terrain, je pense pouvoir tirer mon épingle du jeu et poursuivre ma progression. » Jouer et progresser, voilà bien tout le mal qu'on pourrait lui souhaiter.


Commentaires
Jordy Gaspar, un nouveau pari ...
Recharger commentaires
Chargement des commentaires