Radamel Falcao : « Je serai ravi de rester »

Joueurs / 02/05/2017 - 09h31 / Par Samuel R.
  


Heureux comme un Tigre en haut d'un Rocher. Après deux saisons de galère suite à sa terrible blessure contre Chasselay, en Coupe de France, Radamel Falcao est revenu à l'AS Monaco où il semble s'épanouir. Il a retrouvé le chemin des filets, et a déjà inscrit 28 buts toutes compétitions confondues.

Dans un entretien à L'Équipe, l'attaquant colombien a évoqué les épisodes difficiles de sa carrière, et il a parlé aussi de cette incroyable équipe monégasque, celle dont il est le capitaine, et qui s'apprête à affronter Turin en demi-finale de la Ligue des Champions. Morceaux choisis.

Son sentiment sur la magnifique saison de l’ASM

« Je suis quelqu'un de positif. Je m'imagine toujours que ça va bien se passer, qu'on va faire une bonne saison, gagner plein de titres. C'est ma nature. Je savais qu'il serait difficile de lutter contre Paris, en Championnat, et que la concurrence serait très forte en Ligue des Champions. Mais j'y crois tout le temps. [...] Dès les premiers entraînements, je me suis rendu compte du niveau général de l'équipe. Et surtout, j'ai réalisé progressivement qui ils étaient, humainement. Si on fait une si belle saison, c'est aussi parce que l'état d'esprit est exceptionnel. On est vraiment un groupe. J'aurai fait de très belles rencontres, cette saison, à Monaco. »

Son retour à Monaco et un possible appréhension à l’idée de son retour au départ

« L'idée de mon retour à Monaco a commencé à naître en fin de saison dernière, à Chelsea. J'étais persuadé que j'avais besoin de continuité. Il me fallait un endroit et un club où je puisse jouer et enchaîner les matches pour retrouver un bon niveau physique et des bonnes sensations. C'était assez simple en fait, la confiance était toujours là mais j'avais juste besoin d'enchaîner. Monaco m'a ouvert les portes et je suis revenu. […] Bien sûr que je n'avais pas un bon souvenir, c'est normal. Cette blessure m'a fait très mal. Elle m'a fait rater la Coupe du Monde et, ensuite, j'ai eu une série de blessures musculaires. Toute cette période a été très difficile, dans mon métier et pour ma vie personnelle aussi, au quotidien. Mais je me suis toujours dit que ça faisait partie de ma carrière. Et, à l'arrivée, je crois que cela m'a rendu plus fort. Ça m'a permis de grandir, de gagner en maturité. J'ai l'impression que ce qui m'arrive aujourd'hui, la saison qu'on fait, c'est un peu le juste retour des choses. Ç'a été dur, je me suis battu et c'est comme une bénédiction. J'ai récupéré physiquement et mentalement, j'ai fait beaucoup d'efforts pour revenir à mon niveau et j'ai l'impression d'y être. »

Son passage en Angleterre, et particulièrement à Chelsea, où cela fut très compliqué pour lui

« Chelsea (2015-2016, ndlr) a été le moment le plus compliqué. En milieu de saison, je savais déjà que je ne jouerais plus car le club avait décidé de ne plus me faire jouer. C'était une décision frustrante car je me sentais plutôt bien et je pensais que je pouvais apporter quelque chose. Il ne me restait que l'entraînement. Je me préparais au cas où mais je ne jouais jamais. Alors, je pensais déjà à la saison suivante, et à Monaco. Tout ce que je faisais, c'était en pensant à Monaco. […] La confiance, c'est ce que tu perds en dernier, quand il ne te reste plus rien. Et moi, je ne l'ai jamais perdue. Parfois, les gens qui t'entourent peuvent perdre confiance en toi et douter, mais pas toi. Le jour où tu la perds, c'est fini, il n'y a plus d'espoir. Je savais de quoi j'étais capable. […] J'ai toujours eu la foi, j'ai persévéré, j'étais déterminé. C'est surtout la foi qui m'a aidé. Dieu est capable de choses incroyables. Il ressuscite parfois des morts et c'est un peu ce qu'il a fait avec moi. »

Son apport à cette AS Monaco, version 2016-2017

« Le club m'a donné sa confiance et m'a ouvert ses portes, moi, j'ai amené mon expérience et j'ai aidé le groupe dans cette saison exceptionnelle. Cela faisait tellement de temps que Monaco n'avait pas vécu une telle saison. Ça fait quoi ? Sept ans qu'un club français n'avait pas été en demi-finales de la Ligue des Champions, c'est ça ? Je me sens très bien ici, ma femme et mes filles aussi, au club comme dans la ville. On s'est adaptés, on a une vie sociale épanouie et tout cela permet que le fruit de mon travail soit meilleur. Je suis en paix ici, depuis le début de saison, et j'espère qu'on va pouvoir continuer à vivre ici. »

Son avenir en Principauté et une éventuelle prolongation de son engagement à Monaco

« Moi, je me sens très bien, on est heureux et les résultats sont bons. Après, tout dépendra des objectifs du club. L'idéal, ce serait de prendre une décision qui convienne aux deux parties. Si Monaco garde l'objectif de gagner des titres en France et en Europe - et c'est pour ça que je suis venu -, je serai ravi de rester. […] Bien sûr que j'aimerais (prolonger son contrat, ndlr). […] J'ai refusé deux fois la Chine quand j'étais en Angleterre, et une fois ici. Cette saison, j'étais convaincu qu'en ayant du temps de jeu, j'allais retrouver mon niveau et montrer toutes mes capacités. On fait une saison de rêve, on n'est pas loin de gagner des titres et je crois que j'ai fait le bon choix. La Chine, ç'aurait été difficile, même si c'est un Championnat de qualité avec beaucoup de grands joueurs qui pourraient évoluer n'importe où en Europe. »

Son avis sur la Juventus qui a conservé sa cage inviolée contre le Barça en 1/4 de finale de Ligue des Champions

« C'est un énorme bloc défensif, mais notre secteur offensif fonctionne très bien aussi, non ? C'est un grand défi pour nous d'affronter une équipe comme celle-là, avec autant de grands joueurs. Je ne sais pas si on arrivera à marquer, on verra bien. C'est une équipe équilibrée, difficile à bouger. Mais tout est possible dans le foot et, l'objectif, c'est la finale. »

L'Équipe

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an