Monaco s'invite dans la cour des grands

Ligue des Champions - Tableau Noir / 20/04/2017 - 00h40 / Par Geoffroy B.
  


Après la qualification des clubs madrilènes – l’Atlético et le Real – il restait encore deux places pour le dernier carré de la Ligue des Champions à attribuer hier soir. La Juventus de Turin, le FC Barcelone, le Borussia Dortmund et l’AS Monaco étaient les heureux prétendants. Après une victoire précieuse (mais polémique) à l’extérieur en quart de finale aller, les joueurs de Leonardo Jardim se devaient de finir le travail à la maison.

Coaching gagnant

Fidèle à ses principes, Leonardo Jardim persiste et signe avec son 4-4-2. Sans être obsédé par la possession de balle, Monaco joue son football et met tout le monde d'accord en moins de 20 minutes (2-0). Lorsque les Marsupiaux voient leur coup franc s'écraser sur le poteau de Subasic, ils ne perdent pas espoir avec le revenant Reus et le virevoltant Dembelé. Ce dernier n'était pas d'emblée sur le terrain ; Tuchel a peut-être fait une erreur en ne le faisant rentrer qu'à la 27ème minute.

Après la sortie surprenante à la pause de Sahin, très bon jusqu'alors, Reus ouvre le score, logiquement, pour les Jaune & Noir. En fin de rencontre, alors que l'étau se resserre et que l'exploit allemand prend forme, Leonardo Jardim fait rentrer les survivants de la Ligue 2 : Dirar (68ème), Germain (81ème) et Raggi (90ème). C'est suffisant pour colmater les brèches et surtout se mettre à l'abri avec un troisième but asémiste inscrit par Valère Germain … 23 secondes après son entrée en jeu !

Le Borussia a presque dominé son sujet : possession de balle monstrueuse (69,4%), duels gagnés, même le nombre de tirs cadrés (7) n'est pas si lointain de l'ASM (8). Une nouvelle fois, la différence s'est faite par l'efficacité et ce n'est pas Mbappé et Germain, marquant sur leur premier ballon de la rencontre, qui nous contrediront.

Un score qui aurait pu être tout autre

Subasic : Pris d'un coup de folie dont il a lui seul le secret face à Aubameyang, heureusement sans incidence. Souvent bien placé, quelques bonnes anticipations, il ne peut pas grand-chose quand Reus le fusille dans sa surface.

Touré : Très inconstant sur ses dernières prestations, il a rendu une bien belle copie pour cette affiche européenne. Piqué au vif après l'ouverture du score du BVB, il en a fait une affaire personnelle et a marqué avec véhémence le fautif (Reus).

Glik : L'international polonais aime le contact que ce soit avec la pelouse ou avec son vis-à-vis. Dans les airs ou sur terre, l'ancien du Torino était bien présent. Malheureusement pour l'AS Monaco, moins décisif offensivement.

Jemerson : Blackenbauer commence franchement à être impressionnant en un contre un. En face, il y avait de sérieux clients et même lorsqu'il lui arrive d'être trop "lent", son jeu de corps pour éviter la faute est précieux.

Mendy : Sur sa première percée, il permet indirectement à Mbappé d'ouvrir le score. Offensivement, il est très fort et a souvent combiné avec Lemar. Défensivement, il s'est fait avoir une fois par Dembelé et ça a fait but...

Silva : Sa technique ne pourra pas le sauver éternellement. Souvent contré par les joueurs de Dortmund, gâchant quelques opportunités, il n'a pas réussi à faire la différence, rageant quand on sait ce dont il est capable. Remplacé par Raggi (90ème) qui voulait participer à la fête.

Moutinho : Toujours comparé, jamais égalé. Après tout, ce n'est pas de sa faute si Bakayoko et Fabinho sont régulièrement suspendus. Le Champion d'Europe n'a pas l'abattage d'un Bakayoko mais il a bien alterné entre passe en profondeur pour profiter de la vitesse de ses collègues et phase de conservation. Il a souffert mais a tenu son rôle.

Bakayoko : Alors qu'il n'a pas eu le droit au quart de finale aller, le milieu défensif a imposé son style capillaire tout comme sa force. Un peu gourmand lorsqu'il commence à dribbler un ou deux joueurs, il a été le patron au milieu.

Lemar : Quasiment euphorique, et en plus, avec Mendy, ça fonctionne plutôt très bien. Insaisissable, il est double passeur décisif. Le milieu de terrain a tenu la cadence toute la rencontre. Bravo.

Falcao : Il connaissait bien l'arbitre pour l'avoir croisé, en 2012, lors d'un certain triplé en Supercoupe d'Europe (Atlético Madrid 4-1 Chelsea). En forme, tentant sa chance régulièrement de la tête alors que le pied s'imposait, il est tout de même récompensé sur un caviar de Lemar (17ème). Remplacé par Dirar (68ème) très utile pour contrecarrer les offensives des visiteurs.

Mbappé : Rapide, bien trop rapide pour les défenseurs adverses, l'attaquant a brillé rapidement dans cette rencontre avec l'ouverture du score (3ème). Ensuite, à l'image de ses coéquipiers, il n'a pas toujours fait les bons choix offensivement. Encore et toujours décisif mais fatigué par ses nombreuses courses, il est remplacé par Germain (81ème) tout heureux de marquer quelques secondes après.

Cela faisait sept ans qu'un club de l'Hexagone n'avait pas atteint le dernier carré de la Ligue des Champions, on ne va pas bouder notre plaisir. Il ne faudrait surtout pas que cette joie soit de courte durée car un nouvel obstacle se dresse devant les Rouge & Blanc : l'Olympique Lyonnais.

Daghe Munegu.


Commentaires
Monaco s'invite dans la cour d...
Commentaires
Monaco 3 - 1 Dortmund
Recharger commentaires