Sahin : « Il y a tellement plus que le football dans ce monde... »

Ligue des Champions / 12/04/2017 - 23h23 / Par Florian R.
  


Après Dortmund/Monaco (2-3) qui a permis d'offrir une parenthèse aux passionnés du football, les réactions de différents acteurs de la rencontre replacent le contexte dans lequel s'est joué cette rencontre. Côté BVB, il semble clair que jouer ce mercredi n'était clairement pas envisagé en premier lieu.

Les réactions des joueurs monégasques

Kylian Mbappé (L'Équipe) : « J'avais à cœur de faire un gros match, sachant que j'avais été "laissé sur la touche" lors des deux dernières rencontres. Le coach m'avait dit que ça faisait partie de la rotation, je l'ai accepté. Je voulais montrer que je pouvais apporter quelque chose à l'équipe, et je pense que je l'ai montré. On est très heureux parce qu'on marque un grand coup aujourd'hui. (Concernant ses deux buts) Sur le deuxième, je la mets où il faut, ça fait partie du métier, des fois ça réussit, dès fois non. Je lève la tête, je regarde le gardien, j'ai vu qu'il avait anticipé la frappe croisée sur le côté gauche, donc je l'ai placé dans la lucarne. Sur le premier, Lemar fait un centre-tir, le ballon me revient, avec la chance, ça rentre. C'était un match quand même compliqué dans l'ensemble à cause de l'adversaire, mais aussi du contexte. On a essayé de donner le meilleur de nous-même, j'ai essayé de donner le meilleur de moi-même. On repart avec un avantage, pas extrêmement important, mais quand même important. On m'a toujours dit que quand je touche le ballon, il doit se passer quelque chose. J'essaye de m'appliquer à chaque fois que je joue. Aujourd'hui ça m'a souri, j'espère que ce sera comme ça tous les jours. Après, je suis un joueur, quand vous subissez, il faut être lucide, et calme. On part vite en vrille dans un match comme ça. Je savais qu'il allait y avoir un coup sûr à bien exploiter, et c'est ce deuxième but. 

(Au sujet des évènements de mardi) On a subi tout ce qui s'est passé. Quand vous subissez, c'est dur. Vous avez des nouvelles, toutes les demi-heures. Vous êtes dans l'attente. On entend qu'il y a eu une explosion, puis plus de nouvelle. On s'inquiète, on craint le pire. J'ai essayé d'appeler Ousmane Dembélé, il m'a expliqué la situation, je lui ai dit que j'étais avec lui et son équipe, que sur ce coup-là on était tous ensemble. Il n'y a plus de club, nous sommes des hommes. J'ai essayé de donner des infos à Ousmane, il m'en a donné aussi. Je ne souhaite de vivre ça à personne. Les hommes ont été touchés par ce qui s'est passé, très touchés même. On est tous avec Bartra, on sait que c'est difficile pour lui, comme pour tous les joueurs de Dortmund. On les soutient au maximum. C'est déstabilisant mais on est des professionnels, on doit s'habituer à tout, même aux conditions les plus extrêmes. Aujourd'hui, c'était extrême, et on a essayé de se mettre au niveau d'un quart de finale de Ligue des Champions ».

Bernardo Silva (L'Équipe / Twitter officiel AS Monaco) : « Ce n'est jamais facile ici donc on est content de la victoire. Mais on n'a fait qu'une partie du chemin. On l'a vu contre City, c'est le deuxième match qui est éliminatoire, il faudra faire un gros match pour se qualifier. Ce soir, c'était un match normal. Même avec tout ce qu'il s'est passé hier. Il faut oublier quand tu rentres sur le terrain même si c'est triste. Nous sommes contents d'avoir gagné ce match mais nous sommes tristes pour Bartra et les joueurs de Dortmund. Il faut remercier tous les supporters qui sont venus malgré ce qui s'est passé. Et aussi les deux équipes qui ont démontré que le foot est plus important que ce qui s'est passé hier. Ce sont des choses incontrôlables, nous espérons que Bartra va récupérer le plus vite possible et si possible jouer le deuxième match ».

Valère Germain (L'Équipe) : « On savait qu'on avait un gros match à préparer, qu'on était en sécurité. Que si le match était reporté au lendemain, il n'y aurait aucun problème. Très triste de ce qui s'est passé, mais on était content que le foot reprenne ses droits. Il y a eu un beau spectacle. On n'est qu'à la mi-temps de cette confrontation. On a réussi à marquer trois buts, ce serait bien de pouvoir faire la même chose au retour. On a pris un bon avantage c'est sûr. Mais on n'est à l'abri de rien, il faudra bien récupérer pour le match important de samedi. Après on verra ».

Kamil Glik (L'Équipe) : « On pense match après match. Samedi, nous avons encore une partie super importante en Championnat. On ne pense pas à la finale (de la Ligue des Champions, ndlr), on ne pense pas de cette manière. On s'en est vraiment bien sorti durant la première partie du match. Après, quand on joue à l'extérieur, et qu'on mène 0-2, c'est normal de devoir défendre. L'équipe d'en face presse plus fort, et il faut savoir résister. Il faut être là défensivement, et on l'a été. (Concernant mardi soir) C'était un très mauvais moment, mais on vit dans un monde comme ça, on doit être plus fort que tout ce qui peut arriver ».

Radamel Falcao (AFP) : « C'était difficile de gérer tout ce qui s'est passé, nous sommes restés très concentrés pendant deux jours pour ce match, les attaques ont peut-être changé la concentration des joueurs de Dortmund. C'est difficile pour les joueurs du Borussia, un joueur est blessé, mais l'UEFA a décidé qu'on devait jouer. Mbappé ? Je crois qu'il a montré toutes ses qualités, il doit continuer comme ça, il peut devenir un très grand joueur, il le montre en ce moment ».

Les réactions du staff asémiste

Vadim Vasilyev (L'Équipe) : « (Sur le contexte entourant la rencontre) C'est la vie, on ne souhaite jamais jouer dans des conditions comme ça, mais le foot doit continuer. C'est ce qui nous réunit, le sport. Personne ne peut enlever ça. On a rapporté un bon résultat ce soir, mais rien n'est fini, ça va se jouer au stade Louis-II. Je suis fier, on a joué le match qu'on attendait, un match offensif. C'est une grande fierté de voir Monaco jouer à ce niveau, à ce stade de la compétition ».

Leonardo Jardim (RMC Sport) : « Préparer ce match a été difficile. Mardi soir, nos joueurs ont appelé les amis, la famille, le niveau de concentration a baissé. Les supporters de Monaco ont donné une image très positive, je suis très content de l'attitude de nos supporters et de notre équipe. Les deux équipes ont livré une belle performance ».

Les réactions côté BVB

Thomas Tuchel (L'Équipe) : « Nous avons laissé les joueurs choisir s'ils voulaient jouer. Mais ce matin, nous avons constaté que l'entraînement avait fait du bien, qu'il nous avait fait penser à autre chose. Nous avons été attaqués en tant qu'hommes et nous avons essayé de résoudre le problème sur terrain. Chacun a sa façon de réagir aux évènements. Les joueurs ont eu le choix de ne pas jouer mais personne n'a choisi cette option. [...] Je ne sais pas ce qu'il va se passer jusqu'à mercredi. Le match est terminé, chacun réfléchit. [...] Ce soir, tout ce qui pouvait mal se passer s'est passé. Un but hors-jeu, je ne sais pas comment on ne peut pas le voir. Puis nous avons offert un but à Monaco. Ce sera dur au retour mais notre état d'esprit a été magnifique aujourd'hui.

(Concernant la décision de jouer le match aujourd'hui) Nous n'avons pas été consultés. On nous a informé par texto que l'UEFA prenait cette décision. Une décision prise en Suisse qui nous concerne directement. Nous n'allons pas l'oublier, c'est une très mauvaise sensation. Quelques minutes après cet attentat, la seule question qui s'est posée a été : êtes-vous prêts à jouer ? Comme si on n'avait jeté qu'une canette sur notre car. A ce moment-là, nous ne savions pas les raisons de cet attentat. Il y a un sentiment d'impuissance. La date nous a été imposée. Ce que nous pensons n'a intéressé personne. [...] Dans quelques jours, nous n'aurons pas digéré complètement mais le temps nous aide à trouver une solution. Il est important d'avoir une chance de réaliser son rêve et notre équipe n'était pas au top au niveau de la concentration pour faire la différence à ce niveau. L'UEFA est pressée à continuer à jouer. Bien sûr qu'il faut que ça continue, mais nous voulons quand même être compétitifs. Nous ne voulons pas utiliser la situation comme une excuse. En tant qu'entraîneur, vous êtes là près du car, Marc Bartra est hospitalisé et on vous communique ces choses... »

Nuri Sahin (AFP) : « C'est dur d'en parler, dur de trouver les bons mots. Non, bien sûr, nous ne voulions pas jouer, mais nous savions que nous avions des responsabilités, nous représentons l’un des plus grands clubs du monde, dans une grosse compétition, la Ligue des Champions. Nous avons essayé de donner tout ce que nous pouvions et dans cette situation, nous avons malgré tout joué un bon match. Le football n'est vraiment rien après ce que nous avons vécu. Je ne sais pas si les gens peuvent comprendre ça mais, jusqu'au moment où je suis entré sur la pelouse en seconde période, je n'ai pas pensé au football, pour être honnête. Hier soir, je n'ai réalisé ce qu'il se passait que lorsque je suis rentré chez moi et que j'ai vu ma femme et mon fils qui m'attendaient. À ce moment-là, j'ai compris à quel point nous avions eu de la chance. Nous aimons le football, nous souffrons avec le football. Je sais que nous gagnons beaucoup d'argent, que nous sommes des privilégiés, mais nous sommes aussi des êtres humains et il y a tellement plus que le football dans ce monde... J'en ai la chair de poule. Je ne peux pas oublier ces visages dans le bus. Je ne les oublierai jamais ».


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an

Dortmund 2 - 3 Monaco
1/4 aller - C1 - mercredi 12 avril 2017 à 18:45