Monaco règne en maître

Tableau Noir / 20/03/2017 - 00h08 / Par Geoffroy B.
  


Après l'euphorisante Ligue des Champions et un nouveau nul de l'OGC Nice en championnat, les Rouge & Blanc retrouvent leur train-train quotidien avec un déplacement en Ligue à Caen. Les Normands souhaitent conserver leur petit matelas d'avance avec le bas du classement, synonyme de purgatoire.

La vérité est ailleurs

L'équipe princière pouvait se targuer de ne plus perdre en Ligue 1 depuis le 18 décembre 2016. Sur une pelouse un peu abîmée même s'il n'y avait pas scandale, dans un stade Michel-d'Ornano comble, les visiteurs n'ont pas mis longtemps à prendre la mesure de leur victime du jour.

Sans Falcao, blessé, sans Sidibé, suspendu, sans Bakayoko et Silva, ménagés, c'est néanmoins plein de certitudes que les Azuréens affrontaient des Normands pas vraiment conquérants. Leonardo Jardim alignait son traditionnel 4-4-2 tandis que Patrice Garande misait sur un 3-4-3 pour bloquer les couloirs tenus par Almamy Touré et Benjamin Mendy.

Premier phénomène paranormal : l'arbitrage. D'abord largement en défaveur des Monégasques avec un penalty non sifflé puis un deuxième, Antony Gautier ne semblait pas dans son assiette. Avant qu'une main évidente de B.Mendy soit oubliée, on aurait vraiment pu croire que l'arbitre avait une dent voire plusieurs contre l'ASM.

Deuxième phénomène paranormal : le public. Thomas Lemar, brillant, a été ovationné par les supporters monégasques, venus en nombre, mais aussi par le public caennais ; formé au club, rien d'étonnant pour l'international français. Quelques minutes plus tard, Kylian Mbappé, dans le rôle du bourreau, a été acclamé lui-aussi.

Une partition sans fausse note

Subasic : L'international croate ne peut s'empêcher de faire le show avec un dribble dès la 3ème minute mais il jongle aussi (10ème). Seulement sollicité sur coups de pied arrêtés, le point faible du club de la Principauté, il est bien placé et donc décisif sur une tête caennaise (71ème).

Touré : Sobre, le jeune latéral a beaucoup combiné avec l'autre remplaçant habituel sur son côté, Nabil Dirar. Le défenseur a bien muselé Rodelin ou tout autre attaquant adverse au travers de sa route. Même s'il semble nonchalant, par moments, il sait bien protéger sa balle qu'il y ait un ou plusieurs attaquants à la charge (60ème).

B.Mendy : Un peu moins offensif, l'ancien marseillais dégage toujours énormément de puissance. Coupable sur une main flagrante (non sifflée), il fait pourtant preuve de sang-froid lorsqu'il délivre des têtes en retrait pour son gardien.

Jemerson : Agressif dans le bon sens du terme, "Blackenbauer" a vu une de ses nombreuses longues relances faire mouche pour l'ouverture du score. Plus dans l'anticipation que son compagnon de charnière centrale, il se jette comme un mort de faim sur le ballon.

Glik : Au chômage technique malgré un adversaire de taille devant lui en la personne de Santini. L'ancien joueur du Torino n'a pas eu besoin de forcer son talent après son repos forcé contre Manchester City.

Fabinho : Très présent dans le airs, Monsieur 100% a transformé un nouveau penalty en l'absence de Radamel Falcao. Un peu fatigué en fin de partie, le Brésilien manque l'offrande de Bernardo Silva à la 84ème minute.

Moutinho : Perte de balle (2ème), récupération (24ème), passe mal dosée (26ème, 46ème), caviar pour le deuxième but de Mbappé (81ème), le Champion d'Europe est capable de tout. Définitivement à l'aise avec Fabinho au milieu de terrain, il a été particulièrement hargneux et meilleur tacleur Rouge & Blanc (6).

Dirar : Appliqué sans être flamboyant, le Marocain avait la lourde tâche de faire oublier Bernardo Silva. Malgré quelques opportunités, l'ailier n'a jamais trouvé la faille. Match correct mais il manque la petite étincelle.

Lemar : Facile techniquement, utile dans la récupération, très remuant, l'international français était dans tous les bons coups. Malmené par le corps arbitral (nombreuses fautes non-sifflées), le milieu de terrain n'a jamais perdu confiance. Remplacé par Silva (81ème).

Germain : Mobile, le capitaine azuréen a souvent été oublié par ses partenaires. Utile dans le repli défensif (44ème, 67ème), l'attaquant a eu tout de même quelques occasions à se mettre sous la dent : tête manquée (45ème) et face à face loupé avec Vercoutre (73ème). Remplacé par Bakayako (78ème).

Mbappé : Remplacé par Cardona (86ème), le petit prince a été applaudi par tout le stade. Cela donne une petite idée de la rencontre du jeune prodige. Buteur sur sa première action (13ème) après un une-deux avec son capitaine, il obtient un penalty pour Fabinho avant de conclure sa prestation XXL par une tête tranquille (81ème).

Peu de Monégasques vont se reposer durant la trêve internationale. Après la déferlante de sélections asémistes, en Équipe de France notamment, le marathon continue pour les hommes de Leonardo Jardim. Pour que cette saison reste dans l'histoire, prochain rendez-vous avec un premier titre accessible : la Coupe de la Ligue, le 1er avril, face au Paris-Saint-Germain.

Daghe Munegu.


Commentaires
Monaco règne en maître...
Commentaires
Caen 0 - 3 Monaco
Recharger commentaires
Chargement des commentaires