Jorge, sais-tu danser, le Carioca ?

Joueurs / 14/02/2017 - 11h47 / Par Ervan C.
  


Arrivé en toute fin de mercato hivernal à Monaco, Jorge est attendu au tournant. Précédé d'une excellente réputation dans son pays natal, le latéral gauche est attendu comme le futur titulaire du poste avec la Seleção. Forgé par une enfance difficile, c'est plein d'espoir qu'il vient conquérir le Vieux Continent. Apresentação.

Le football comme refuge

Le 28 mars 1996 à Rio de Janeiro, vient au monde Jorge Marco de Oliveira Moraes. En 2003, âgé de sept ans, il prend sa première licence. C'est alors au sein de la section futsal du Vasco de Gama qu'il évolue. Cinq ans plus tard, Jorge est recruté par le Flamengo, qui souhaite faire de lui un joueur de football traditionnel. Dans son nouveau club, il remporte plusieurs titres dans les compétitions de jeunes et découvre la sélection nationale.

Fort logiquement, Jorge vient frapper à la porte de l'équipe première, alors dirigée par Vanderlei Luxemburgo. Il parvient à grappiller du temps de jeu et s'illustre particulièrement en Coupe du Brésil. Le 15 juillet 2015, à l'Arena Pernambuco, il marque son tout premier but en professionnel face à Náutico et contribue à la qualification des siens (0-2). Au lendemain de cette rencontre, Jorge n'est plus sorti du onze de départ, et les dirigeants du Flamengo n'ont pas hésité, dès le mois de septembre, à lui offrir un contrat pro, prenant fin en 2019.

« Ce qui m'impressionne le plus chez Jorge, c'est sa personnalité. Il joue en pro comme s'il était en juniors. Il connaît son poste » disait Jorginho (ancien joueur et entraîneur du Flamengo, champion du monde 1994) au micro de SporTV en octobre 2015. L'année civile 2016 sera celle de Jorge, devenu la coqueluche des supporters du "Mengão" et des médias, qui le voient comme l'un des futurs piliers d'une Seleção en quête de son lustre d'antan. Pour Ricardo Rocha, journaliste de SporTV, « Jorge est la plus grande révélation du football brésilien d'aujourd'hui. C'est un très bon joueur ». Malgré son jeune âge et les résultats en dents de scie de son équipe, le latéral gauche est considéré comme l'une des attractions du championnat. Il est d'ailleurs élu dans le onze de l'année en compagnie de son coéquipier Diego Ribas (ancien meneur de jeu du Werder Brême et de l'Atletico Madrid).

Si Jorge épate par son humilité et sa maturité, c'est parce qu'il a connu la misère. Né dans une famille modeste, il savait que ses aptitudes footballistiques pourraient un jour permettre à ses proches d'avoir une vie plus heureuse. C'est pourquoi il n'a jamais cessé de travailler : « J'ai connu plusieurs difficultés. Pas qu'au sein du club mais aussi en dehors, dans ma famille. Des difficultés financières. C'était difficile d'aller à l'entraînement en étant tranquille. Je prenais le bus. Aujourd'hui mon père a une voiture pour m'emmener jouer. Ce fut difficile. C'est difficile d'en parler... chaque fois que je parle de ce sujet. Je me refais chaque fois le film dans ma tête. »

Le championnat brésilien se terminant en décembre, la crainte de voir partir leur joyau prenait de la place dans l'esprit des supporters du "Rubro-Negro", le CR Flamengo étant en difficultés financières. La perspective d'un départ était acceptée par les dirigeants cariocas. Peu avant son exil vers l'Europe, son entraîneur, Zé Ricardo, s'exprimait sur l'avenir de Jorge« C'est un joueur qui est en pleine progression. Nous avons beaucoup travaillé le repositionnement défensif, parce qu'offensivement il a les qualités pour débloquer les matches. Je suis sûr qu'avec l'expérience qu'il va acquérir, il va encore améliorer cette capacité offensive. Il a besoin de progresser encore sur le repositionnement et le positionnement défensif, mais c'est un joueur avec un potentiel immense pour avoir une carrière pleine de succès, et faire partie à l'avenir de la sélection A du Brésil. »

Le révélateur européen

Courtisé par Manchester City - qui a attiré son compatriote Gabriel Jesus cet hiver - le LOSC de Luis Campos ou encore l'Udinese, Jorge Marco de Oliveira Moraes a porté son choix sur Monaco. Débarqué le dernier jour du mercato, il a signé un bail de 4 ans et demi, soit jusqu'en juin 2021. L'ASM a déboursé 8,5M€ pour acquérir 70% des droits fédératifs du joueur. Il s'agit par ailleurs de la plus grosse vente de l'histoire du Flamengo, devant les 5,2M€ lâchés par le Bayer Leverkusen pour s'offrir Renato Augusto à l'été 2008. Le joueur de 20 ans portera le numéro 6, vacant en Principauté depuis le départ de Ricardo Carvalho.

A son poste, il devra faire avec la concurrence de Benjamin Mendy, lui qui n'avait pas de réelle doublure jusqu'alors. Cet été, les décideurs asémistes avaient laissé filer Fabio Coentrao et Elderson Echiejilé, laissant le couloir gauche au seul B.Mendy. On imaginait alors Mehdi Beneddine jouer le rôle du suppléant. C'est finalement Djibril Sidibé, voire parfois Andrea Raggi, qui ont dépanné à gauche. Engagé dans quatre compétitions, Jardim avait besoin d'une solution viable pour finir la saison et pour préparer l'avenir. Lors de la conférence de presse de présentation de Jorge (à lire ici), Vadim Vasilyev a néanmoins assuré que l'Auriverde n'était pas là pour succéder à l'ancien marseillais, mais simplement pour doubler un poste qui ne l'était pas. En outre, en raison de la récente blessure de son ami Gabriel Boschilia, Jorge pourrait bien être amené à avoir une carte à jouer dans la rotation de Jardim au poste de milieu gauche.

Comme beaucoup de Brésiliens, Jorge arrive avec une réputation flatteuse de joueur, mais non sans quelques idées préconçues. On prête aux Brésiliens une difficulté à s'adapter au football européen, et à certains d'entre eux une affection démesurée pour les sorties nocturnes, à l'image d'un Ronaldinho ou d'un Vagner Love. Si la première conjecture sera vérifiable, Jorge lui-même a tenu à exclure la seconde de son cas personnel : « Je suis très casanier. J'ai toujours pris soin de mon corps. Un athlète a besoin de ça pour être récompensé par la suite. » assurait-il à Globoesporte, le 18 novembre 2015.

Si le natif de Rio a opté pour Monaco en raison de l'éclosion de nombreuses pépites - lusophones notamment - il ne faut pas perdre de vue l'influence de Jorge Mendes et de Deco, qui ont vivement recommandé le joueur à l'ASM. L'ancien milieu relayeur de Porto et du Barça a eu un véritable coup de cœur pour le gaucher : « Jorge me fait penser à Alex Sandro, l'ancien de Porto (aujourd'hui à la Juventus, ndlr). Il est costaud en défense et très dangereux quand il surgit pour accompagner les attaques. Je n'ai eu aucun doute lorsque j'ai indiqué son nom et qu'on m'a demandé mon avis sur lui. C'est une grande promesse. » indiquait-il à Record, le 27 janvier dernier. L'ancien lyonnais Juninho, lui non plus, ne tarit pas d'éloges à l'égard du jeune joueur :

Un latéral dans la tradition auriverde

De l'avis de plusieurs consultants, Jorge s'inscrit dans la longue tradition des latéraux brésiliens qui, depuis plusieurs décennies, ont été considérés comme les meilleurs. On citera Nilton Santos, Djalma Santos, Carlos Alberto, Cafu, Roberto Carlos, Dani Alves ou bien sûr Maicon. Doté d'un gabarit longiligne (1,84m, 70kg), Jorge présente en effets plusieurs similitudes avec ses illustres prédécesseurs, mais ses caractéristiques offensives font de lui un joueur au profil atypique. C'est ce qu'explique Raphaël Cosmidis, journaliste SFR Sport, dans l'émission "91e minute" :

« On va voir certaines similarités avec Marcelo du Real Madrid, notamment dans ses déplacements. Il sait percuter dans l'axe, ce qui est assez rare pour un latéral. Il vient à l'intérieur pour proposer des mouvements et c'est très dur à défendre. Sa complémentarité avec Thomas Lemar peut être intéressante, ce dernier dézonant souvent de l'axe à l'aile. Comme beaucoup de gauchers, il n'utilise jamais son pied faible. Il déborde finalement assez peu, il préfère provoquer, solliciter des une-deux et éliminer des adversaires. C'est un profil assez atypique. Il a une bonne frappe. Il est assez complet mais il va falloir surveiller son adaptation au championnat français, où les équipes défendent très bas et en nombre. Va-t-il réussir à remonter, à redescendre ; à faire les efforts dans les deux sens ? C'est ça qui va être intéressant à suivre. »

L'avis de Marcelin Chamoin (Lucarne Opposée)

Déjà contacté par nos soins pour le portrait de Jemerson (à lire ici), Marcelin Chamoin (@MarcelinChamoin), spécialiste du football brésilien pour le site Lucarne Opposée, a une nouvelle fois accepté de nous répondre. Ci-dessous, son impression sur le parcours de Jorge et ce qu'il peut apporter à l'ASM et à sa sélection.

« Jorge est typiquement l'arrière gauche brésilien classique. Il a une bonne vitesse et une technique très convaincante, ce qui lui permet d'apporter offensivement avec sa qualité de dribble et de centre. Il s'est révélé en 2015 lors d'un match amical pour le départ de la légende Léo Moura (312 matches avec Flamengo entre 2005 et 2015) et depuis, il n'a plus quitté le groupe. Il a poussé l'international colombien Pablo Armero sur le banc et l'an dernier, il n'avait pas de concurrence et a donc enchaîné tous les matches.

Pour son âge, il est déjà très régulier, ce qui est impressionnant. Il a sorti quelques grosses performances et il a été élu au sein de l'équipe-type du championnat national, preuve que ce n'est plus seulement qu'une promesse. Je trouve que pour 8,5M€, l'AS Monaco a fait une affaire et ça correspond totalement à sa stratégie d'acheter de jeunes joueurs peu chers mais déjà convaincants pour les revendre plus cher ensuite. Jorge a évidemment une marge de progression dans tous les domaines, sur le marquage, sur l'impact qu'il a dans les matches, etc. Les supporters du Flamengo sont très déçus de sa vente, d'autant plus qu'il y avait la Copa Libertadores à jouer, ce qui lui aurait permis d’emmagasiner de l'expérience.

Jorge va devoir s'adapter à un nouveau club - même si les nombreux lusophones vont lui faciliter la tâche - et surtout s'adapter à un nouveau championnat. Au Brésil, on laisse beaucoup d'espaces et de libertés aux latéraux, ce n'est pas le cas en France. Jorge va devoir trouver ses marques, ça peut mettre un peu de temps, mais je serais vraiment surpris de le voir échouer. Je pense que d'ici deux ans, il vaudra le double de son prix actuel. Il a été élu meilleur arrière gauche lors du Mondial U20 en 2015 (en Nouvelle-Zélande, le Brésil de Jorge et Boschilia avait été défait en finale par la Serbie, 2-1, ndlr) et il a connu sa première sélection cette année contre la Colombie lors d'un match réservé aux joueurs locaux (le 26 janvier dernier, le Brésil avait gagné 1-0, Jorge était entré à la mi-temps. Ce match amical était organisé au profit des victimes de la catastrophe de Chapecoense, ndlr). La concurrence est forte à son poste mais s'il continue à progresser, il pourra régulièrement jouer en Seleção. Il a un profil qui peut plaire à Tite (sélectionneur du Brésil, ndlr), et même s'il est appelé en tant que remplaçant, ça sera pour lui un moyen d'apprendre et de progresser. »

Planete ASM remercie chaleureusement Marcelin Chamoin pour sa disponibilité et pour le partage de son excellente connaissance du football brésilien.


Commentaires
Jorge, sais-tu danser, le Cari...
Recharger commentaires
Chargement des commentaires
 

Jorge Marco de Oliveira Moraes


Accéder à la fiche du joueur