Padovani : « L'ASM a été un énorme tremplin pour moi »

Anciens - Interview / 31/01/2017 - 09h38 / Par Rémi V.
  


Mercredi soir, l'ASM rencontre le FC Chambly pour le compte des 16èmes de finale de la Coupe de France, un trophée qui échappe au club de la Principauté depuis 26 ans. Cette rencontre sera également l'occasion de retrouvailles pour Monaco, qui croisera un joueur issu de son sérail et indispensable dans l'entrejeu de son adversaire du soir. C'est la première fois que Romain Padovani, Monégasque entre 2008 et 2013, affrontera son club formateur, même si le milieu de 27 ans, qui n'a jamais évolué avec l'équipe première asémiste, a déjà joué et même marqué contre l'équipe réserve lors d'un match amical lorsqu'il évoluait du côté de Fréjus-Saint-Raphaël. De retour en France après une saison à Portsmouth, le meilleur buteur de Chambly joue la montée pour sa troisième saison en National. Il a eu la sympathie de nous accorder une interview avant cette rencontre. 

Tout d’abord, comment vas-tu ? Après deux saisons à jouer le maintien en National, tu joues la montée pour la première fois, tu dois être plus détendu !
Tout va très bien, merci. Je suis aujourd'hui dans ma troisième année de National. Il y a deux ans, avec Fréjus, nous avions réalisé une belle saison avec l'objectif de monter en L2 mais ce fut compliqué puisque les équipes devant ont réalisé un superbe parcours. On a donc fini en roue libre, à la 8ème place, sans la pression du maintien. Ensuite, effectivement, une année plus compliquée aux Herbiers avec un club qui découvrait ce championnat. Cette saison, avec Chambly, est celle où la montée semble la plus réalisable avec un recrutement adapté aux ambitions du club. Cependant, le championnat est très serré, et rien n'est encore fait pour savoir qui sera dans le sprint final. De plus, cette nouvelle règle de barrage pour la troisième place rend la tâche encore plus difficile pour accéder à la L2.

Après des débuts difficiles marqués par deux grosses blessures, monter en L2 avec Chambly serait pour toi une consécration ? Ou tu le verrais plus comme une étape ?
Jouer en Ligue 2 serait tout simplement une belle récompense, pour ne pas avoir lâché après ces deux grosses blessures. Ce serait une belle étape à franchir pour peut-être, un jour, atteindre le plus haut niveau.

Tu es resté 5 ans à Monaco, sans parvenir à percer au niveau professionnel. Au-delà de cette déception, que retiens-tu de cette période de ta vie ?
Monaco a vraiment été un énorme tremplin pour moi, qui me permet aujourd'hui de faire du football mon métier. Je suis arrivé plus tard que les autres au centre de formation car j'avais été recruté à 19 ans. Durant ces 5 années, il y a eu des hauts et des bas mais dans l'ensemble, mon passage à l'AS Monaco reste un super souvenir.

Sur ta génération, au centre de formation, de nombreux joueurs ont percés en pro (Mongongu, Mollo, Germain, Zola, Bulot, Bakar…). Y’en a-t-il un qui t’a plus impressionné ?
Les joueurs cités ont eu des parcours différents. Celui qui me parait le plus stable et remarquable est celui de Valère Germain. Il a énormément progressé et mérite aujourd'hui la carrière qu'il est en train de réaliser.

Tu as croisé beaucoup de joueurs à l’ASM : quelle serait l’équipe-type de Romain Padovani à Monaco?
Je fais une équipe en 4-4-2, avec deux milieux défensifs et deux milieux excentrés : Axel Maraval - Dennis Appiah, Almamy Touré, Isaac Koné, Léo Schwechlen - Frédéric Bulot, Loic Dufau, Jessy Pi, Yannick Carrasco - Valère Germain et Florian Valot.

Un formateur ou un entraineur qui t’as particulièrement marqué en Principauté ?
Il me serait impossible de ne citer qu'une seule personne. Je pense à Frédéric Barilaro qui m'a recruté. Je pense aussi à tout le staff du centre de formation, Christophe Almeras, Manu Dos Santos et Sylvain Legwinski qui m'a permis de rejoindre Portsmouth, après mon départ de l'ASM.

Je cite également Lionel Iacono, Sebastien Lopez, notre kiné Jean-Francois Turpin et le docteur Phillipe Affriat qui m'ont aidé à revenir sur les terrains après mes deux blessures. Et évidemment Bruno Irles qui a toujours cru en moi. Certains ne sont plus au club mais toutes ces personnes ont beaucoup compté pour moi.

C’est la première fois que tu retrouves l’équipe première de l’ASM depuis ton départ, même si tu as déjà joué et même marqué face à la réserve en amical avec Fréjus. Quel sera ton sentiment juste avant de rentrer sur la pelouse mercredi ? De la revanche ?
Non, je n'aurai aucun sentiment de revanche puisque ce ne sont plus du tout les mêmes personnes qui dirigent le club par rapport aux années pendant lesquelles j'y étais. Par contre, j'aurais une grosse envie de bien faire et de croire en la qualification devant un superbe public qui nous soutiendra à fond.

Tu es le meilleur buteur de ton équipe avec 5 réalisations. Quel type de milieu es-tu aujourd’hui ? Tu joues plus haut sur le terrain ?
Comme à Monaco, je suis toujours milieu défensif mais j'ai toujours aimé pouvoir apporter le surnombre sur les actions offensives en allant dans la surface adverse. Cette année, cela me réussit un peu plus que les autres. Il faut que j'en profite !

Peux-tu rapidement nous présenter ton équipe du FC Chambly, meilleure défense du championnat ?
Nous avons effectivement une bonne solidité défensive et ce sera intéressant de la tester face à Monaco qui est l'une des meilleures attaques d'Europe. Mais nous sommes également capables de marquer à tout moment.
 
Est-ce qu’il y a un ou plusieurs joueurs de l’ASM que tu souhaiterais particulièrement affronter sur le terrain mercredi prochain ? Ou que tu crains particulièrement ?
Je serais très content de retrouver Valère Germain et Almamy Touré, que j'ai côtoyé en formation. Il faudra faire particulièrement attention au jeune Mbappé qui déborde d'énergie, ainsi qu'à l'adresse de Falcao.

Tu es né à Nice et tu as joué plusieurs années au Cavigal avant d’intégrer le centre de formation de Monaco. 4 jours après Chambly, Monaco affronte Nice. Tu supporteras quelle équipe ? 
Disons qu'un bon nul entre Monaco et Nice serait parfait !

Et enfin, connais-tu le site Planete-ASM ? Si oui, qu’en penses-tu ?
Oui, je connais bien ce site, je le regardais souvent quand je jouais à Monaco, il permet d'avoir de bonnes infos sur le club, que ce soit au niveau de l'équipe professionnelle ou pour les jeunes jusqu'aux U17.

L'équipe de Planete ASM tient à remercier chaleureusement Romain Padovani pour le temps qu'il nous a accordé afin de donner quelques nouvelles d'un jeune issu de la Turbie. Nous lui souhaitons la meilleure continuation possible dans sa saison et sa carrière.


Commentaires
Padovani : « L'ASM a été un én...
Commentaires
FC Chambly 4 - 5 Monaco
Recharger commentaires
Chargement des commentaires