L'occasion était trop belle

Tableau Noir / 16/01/2017 - 06h47 / Par Geoffroy B.
  


Après deux qualifications poussives en coupes nationales, l'ASM retrouvait la Ligue 1 à Marseille. Les Phocéens avaient un léger goût de revanche dans la bouche en repensant au match aller (défaite 4-0). Sans leur milieu de terrain Lassana Diarra, les hommes de McCourt continuaient de rêver à une remontée fantastique au classement après quatre victoires consécutives en championnat ; leur dernière défaite remontant … au 4-0 du 26 novembre dernier.

Une efficacité retrouvée

Rudi Garcia voulait mettre énormément d'intensité en début de partie et son équipe a appliqué à la lettre cette consigne. L'OM était dans un traditionnel 4-3-3 tandis que l'AS Monaco évoluait dans son confortable 4-4-2. Plein de certitudes, les Marseillais escomptaient surfer sur leur bonne dynamique actuelle mais le réalisme du club de la Principauté est revenu à point nommé.

Exactement trois buts par match (60 buts en 20 journées de championnat), voici la formidable moyenne des Rouge & Blanc. Dans une rencontre qui pouvait très bien basculer d'un côté comme de l'autre, le derby méditerranéen a tenu toutes ses promesses avec encore et toujours une histoire d'arbitrage. Le nouvel entraîneur olympien a évoqué son mécontentement envers les décisions arbitrales (hors-jeu inexistant de Gomis et faute au départ de l'action amenant la seconde réalisation asémiste).

Dominateur stérile (57,9%), l'OM a eu le ballon mais, côté occasions, ce sont les Monégasques qui ont performé. Avec 14 tirs dont 9 cadrés, l'armada offensive rouge et blanche était bien de retour. L'équipe marseillaise est maudite face aux gros du championnat cette saison.

La bataille du milieu remportée

Subasic : Présent sur la frappe à bout portant de Cabella (5ème), l'international croate aurait pu éviter le but olympien (28ème) mais il n'est pas fautif pour autant. Rassurant dans les airs, il a été seulement mis à contribution lors des corners marseillais et une chaude alerte venue d'un Gomis endeuillé mais bien présent (88ème).

Sidibé : Rugueux, le latéral a une nouvelle fois dépanné à gauche. Le danger est souvent, voire exclusivement, venu de son côté mais il est loin d'en être l'unique responsable. Offensivement, il a loupé la balle du break (41ème) après une course dont lui seul a le secret mais réussi une offrande sur le but de son capitaine. Devancé de peu par le duo Lopez-Vainqueur (98 ballons touchés), il est encore le joueur de la Principauté le plus actif dans ce domaine (97).

Glik : L'international polonais a pu se frotter à un costaud en la personne de Bafétimbi Gomis. Il a dû faire face également à la vivacité des deux flèches olympiennes Thauvin et Cabella. Face à des armes si différentes, le défenseur central est resté attentif et n'a pas trop souffert.

Jemerson : Sérial tacleur (6, ex-æquo avec Sidibé). Au marquage sur le but de Rolando, il s'écroule et facilite la tâche du futur buteur. Plutôt propre sur ses interventions, il n'a pas toujours réussi ses longues transversales et a glissé inexplicablement dans la surface à quelques reprises, heureusement sans incidence.

Touré : Remplaçant Benjamin Mendy, suspendu, le latéral droit a régulièrement pris les espaces laissés par ses adversaires. Il a attendu la 45ème pour réaliser un centre payant. Le Malien avait des fourmis dans les jambes, espérant sans doute réitérer sa fantastique prestation de la saison passée au stade Vélodrome. En progrès.

Fabinho : Inspiré, le Brésilien a été précieux, que ce soit défensivement ou offensivement. Celui qui ne se blesse jamais a failli inscrire un très beau but (56ème), mais son vis-à-vis en a décidément autrement. Performant.

Bakayoko : Hormis son duel perdu face au jeune prodige Lopez en début de rencontre, globalement, il a été présent dans l'impact physique. L'international Espoirs n'a rien lâché et il semble de plus en plus aspiré par le but adverse.

Lemar : Quand on a une main à la place du pied, c'est plus facile. Il s'est joué de Pelé dès la 15ème avec une merveille de lob. Cette facilité balle au pied nous rappelle l'illustre passage de Berbatov en Principauté. On attend avec impatience son prochain bijou… sur coup de pied arrêté ?

Silva : Le milieu de poche se paye le luxe de marquer de la tête au meilleur des moments (45ème) puis de finir le travail de Fabinho (56ème) : c'est le deuxième doublé de sa carrière dans le championnat de France. Rekik & co ont vécu un véritable calvaire. Homme du match. Remplacé par Mbappé (89ème) qui était en balance pour débuter à la place de Valère Germain.

Falcao : Combatif, un de ses principaux atouts sur cette rencontre fut sa protection de balle. A la 21ème, le capitaine colombien conclut une belle contre-attaque princière grâce à un astucieux ballon piqué. Remplacé par Carrillo (85ème).

Germain : Souvent à la limite du hors-jeu, l'ancien aiglon a beaucoup proposé. L'attaquant a eu deux actions à se mettre sous la dent (70ème et 77ème). Insuffisant. Remplacé par Moutinho (80ème) sans doute récompensé par sa bonne prestation face à Sochaux.

Après des qualifications dans la douleur en Coupe de France puis en Coupe de la Ligue, on pouvait légitimement s'inquiéter pour cette 20ème journée. En résulte une nouvelle prestation de haut vol pour les joueurs de Leonardo Jardim qui n'ont pas tremblé face à des locaux en manque de réussite. Paris, comme Monaco, ne se sont pas faits prier pour profiter des contre-performances de Nice, Guingamp et Lyon. Maintenant, il faut conserver cette première place, si difficilement acquise, jusqu'au bout. 


Commentaires
L'occasion était trop belle...
Commentaires
Marseille 1 - 4 Monaco
Recharger commentaires
Chargement des commentaires