Une victoire étriquée

Tableau Noir / 11/01/2017 - 07h02 / Par Geoffroy B.


Alors que Monaco est toujours en lice en Coupe de France qui fête son premier centenaire, la Coupe de Ligue, moins populaire que son illustre aînée, reste un potentiel titre à acquérir pour des Rouge & Blanc morts de faim. Clin d’œil du destin, si on omet le championnat de Ligue 2, la Coupe de la Ligue est précisément le dernier titre remporté par le club de la Principauté. La finale opposait déjà Sochaux à Monaco...

Une fin heureuse

Dernier représentant de la Ligue 2, Sochaux avait décidé de commencer fort sur ce début de partie. Pourtant orphelin de sa charnière centrale habituelle – Onguéné et Teikeu – les Lionceaux ont fait déjoué l'ASM sur un terrain qu'elle voulait difficile. Sur une bonne dynamique en championnat – cinq rencontres sans défaite – les Doubistes ont causé énormément de soucis aux Asémistes.

Dans son traditionnel 4-4-2, Leonardo Jardim avaient mis au repos les habituels titulaires : Fabinho, Sidibé, Bernardo Silva et Falcao. Ces trois derniers rentrèrent en seconde période et cela inversa la tendance. Le pressing sochalien a longtemps coupé les transmissions des Monégasques qui ont subi de nombreux assauts éclairs. Le temps et, avec lui, l'usure physique auront eu raison des locaux.

Tombeurs de l'Olympique de Marseille lors du tour précédent, les Sochaliens revivaient une séance de tirs aux buts. Sans Fabinho, le spécialiste dans ce domaine, les artilleurs monégasques, dans l'ordre, furent Falcao, Moutinho, Glik, Sidibé et Carrillo, seul Monégasque à avoir loupé son tir au but tandis que deux Sochaliens rataient le coche pour offrir la qualification aux visiteurs.

Une intensité crescendo

Subasic : L'international croate a vu le premier tir de son vis-à-vis passer sous son bras, pas en veine face au buteur maison Andriatsima. Héroïque voire kamikaze à la toute dernière occasion de la première mi-temps, le portier a même blessé Karanovic sur ce contact. Il n'a pas eu besoin de forcer son talent dans la séance de tirs aux buts (un poteau et un hors cadre).

Touré : Trop facile par moments, la régularité lui fait défaut après des performances remarquées dans sa jeune carrière notamment face à Arsenal et Marseille. Même si le staff continue de lui faire confiance, c'est insuffisant.

Glik : Souvent dépassé notamment dans les duels (carton jaune à la 64ème), il a souffert. Peu courant pour le roc polonais. Tout proche d'ouvrir la marque en début du match sur une déviation de Bakayoko (7ème), les attaques rapides de ses adversaires lui ont causé du tort.

Jemerson : Décisif sur un contre éclair (20ème), présent pour contrer une frappe (36ème), il a également enlevé un ballon chaud de la tête (53ème). Solide sur ses cannes, présent dans les airs, c'est sa première prestation où il semble bien meilleur que son compère de charnière centrale.

Raggi : Fautif sur l'ouverture du score de Sochaux, il n'a pas assez apporté offensivement et, défensivement, a même loupé quelques touches, c'est dire ! Sa polyvalence a montré ses limites. Puni par l'entraîneur dès la pause et remplacé par Sidibé qui a survécu à un tacle très dur (57ème) d'Alphonse, logiquement averti. L'international français a participé à l'effort collectif pour arracher l'égalisation. 

Bakayoko : Peu voire pas inspiré, il a perdu une bonne dizaine de ballons, performance plutôt inhabituelle pour le milieu de terrain. Il s'est réveillé en seconde mi-temps avec nettement plus d'impact physique.

Moutinho : Le champion d'Europe a tenté quelques percées. En jambes, même si on a toujours la fâcheuse impression qu'il ralentit le jeu, il est le buteur providentiel sur l'égalisation (83ème). Encourageant.

Lemar : Précieux techniquement, il a alterné les coups de pied arrêtés avec Moutinho. Malgré quelques tentatives cadrées, il n'a pas su être dangereux face à un Christopher Dilo en feu. Comme Bakayoko, un cran en dessous sur cette rencontre.

Jean : L'ailier de poche a frôlé l'expulsion dès le début du match (6ème) sur un excès d'engagement. Volontaire, il a provoqué par ses courses et ses dribbles. Remplacé par Bernardo Silva (45ème) qui a amené toute sa fraîcheur mais sans réalisme.

Germain : Énorme occasion (42ème) pour le capitaine du soir, sinon beaucoup d'efforts en vain. Après tout, ce n'était pas n'importe qui en face : la meilleure attaque d'Europe affrontait la meilleure défense de Ligue 2 ! Remplacé par Falcao (68ème) qui a cru marquer le but de la victoire (87ème).

Carrillo : Sur son point fort, le jeu de tête, il a eu deux très nettes occasions (17ème et 43ème) face au troisième gardien dans la hiérarchie sochalienne. Déveinard, il annihile bien malgré lui le "but" de Falcao alors qu'il est signalé hors-jeu. Enfin, il est le seul tireur Rouge & Blanc à avoir raté son penalty.

Pas brillants face à Ajaccio, en Coupe de France, l'AS Monaco n'a pas été rassurante dans cette autre Coupe Nationale. Le principal est pourtant acquis : la qualification. Prochaine échéance maintenant avec la Ligue 1 dans une affiche alléchante entre Sudistes : Marseille/Monaco.


Commentaires
Une victoire étriquée...
Commentaires
Sochaux 1 - 1 Monaco
Recharger commentaires