Germain : « Avec Jardim, la relation s'est normalisée »

Joueurs / 18/12/2016 - 09h42 / Par Florian R.
  


Dans une interview délivrée à L'Équipe, Valère Germain a évoqué son passé et son présent à l'AS Monaco, revenant même plus précisément sur sa relation avec Leonardo Jardim et l'épisode des tribunes de l'Émirates Stadium. Morceaux choisis.

Revenant sur le début de saison exceptionnel, le numéro 18 de l'ASM affirme ne pas être sûr que le groupe soit « conscient de ce qu'on fait et tant mieux. On a trop de matches pour savourer. On en profitera à Noël en regardant toutes ces statistiques » confie Germain qui estime qu' « il faut que ça débouche sur quelque chose. Si on s'écroule sur les matches retours, tout le monde oubliera ».

Dans un vestiaire asémiste vu comme « une belle bande de potes », le natif de Marseille ne savait pas de quoi son avenir serait fait après son retour de prêt à Nice, où il avait flambé : « En revenant ici, je me suis demandé ce que j'allais devenir. Allait-on jouer à deux attaquants ? Et puis le coach avait tellement d'attaquants qu'il a décidé de jouer à deux devant. Ça a bien marché avec Falcao et tout s'est enchaîné. [...] Sous Claudio Ranieri, on avait été associés plusieurs fois avant qu'il ne se blesse. J'avais senti un feeling entre nous et je sais qu'il avait dit à James Rodriguez qu'il appréciait jouer avec moi. [...] Nos histoires à Monaco ont été compliquées. On a envie de se racheter. Et puis, on comprend bien le jeu, on se déplace bien, on joue pour l'équipe ».

De ce retour en grâce dépendait aussi la confiance qu'allait lui accorder Leonardo Jardim à son retour de Nice. Après un premier exercice très compliqué sous les ordres du Portugais et un exil d'un an, l'avant-centre asémiste voit son doublé contre Fenerbahçe, décisif pour la qualification en barrages de la Ligue des Champions, comme un moment important : « Cela a donné du poids à ma candidature » s'est confié le joueur qui « [sent] la confiance du coach » et avec lequel, « la relation s'est normalisée ». Pourtant, ce n'était pas gagné pour celui qui s'est senti « humilié » d'avoir été placé dans les tribunes lors de la victoire des Monégasques à l'Emirates Stadium (1-3) en février 2015 : « Je pensais que je méritais plus que d'autres (Matheus et Al.Traoré ?) d'être sur le banc. Le coach estimait qu'ils pourraient apporter plus que moi. J'avais toute ma famille à Londres, c'était compliqué, j'en avais pleuré à la fin du match. C'était un épisode douloureux et c'est aussi pour ça que j'ai voulu partir ». Néanmoins, « sans cet épisode, je n'en serais peut-être pas là aujourd'hui » se motive Germain qui « ne regrette pas d'être revenu » à l’ASM et qui n'a « pas regretté d'être allé à Nice ». 

Aujourd’hui, le joueur jouit d'une belle image dans les médias et en a conscience : « Oui, j'ai toujours eu une bonne côte. J'ai une bonne gueule et je suis gentil, ça plaide en ma faveur. Les commentaires évoluent en fonction des performances et c'est parfois excessif, dans les deux sens, mais quand j'entends du bien des anciens joueurs de l'Équipe de France, ça me fait plaisir ». Et les Bleus justement, une perspective inenvisageable ? « Cela doit être un objectif en jouant à Monaco » avoue Germain qui pense que son profil peut l’aider à atteindre cet objectif : « Le sélectionneur réfléchit aussi en termes de groupe, de profil, de complémentarité. J'ai un profil de second attaquant, j'aide celui avec qui je joue. Cela m'aidera peut-être un jour. En tout cas, ça m'aide en club ».


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an