Falcao : « Mon football a mûri »

Joueurs / 17/12/2016 - 17h01 / Par Geoffroy B.
  


L'idole de tout un pays, Radamel Falcao, a accordé une longue interview au journaliste de Nice-Matin Mathieu Faure. L'occasion pour El Tigre de revenir sur son parcours et sur les forces du collectif monégasque cette saison.

A l'image de Benjamin Mendy, l'international colombien a sacrifié sa jeunesse pour parvenir à ses fins même s'il a failli épouser une carrière de journaliste et même de joueur de baseball : « J'ai toujours voulu réussir, pour ce faire, il faut faire des sacrifices comme quitter sa famille. Au début, ce n'était pas facile d'être loin des miens, de ne pas être dans mon pays et de ne pas avoir la vie d'un gamin de 13 ans ».

Après des débuts prometteurs en Argentine, l'attaquant passe au révélateur du football européen : « C'était le bon moment, je pense. J'avais 23 ans, je venais de faire des bonnes saisons avec River Plate. Porto, c'est un grand club, c'était le tremplin pour changer de continent, de vie ». Après deux saisons pleines au Portugal, place au voisin espagnol où il devient une véritable star avec l'Atletico de Madrid. En 2013, sa signature à Monaco est une véritable surprise pour le monde du ballon rond : « Le projet du club, très ambitieux, qui voulait gagner toutes les compétitions, m'a séduit. Et le fait d'être un joueur phare de ce projet m'a convaincu de signer ici ». 

Sa blessure en 2014 fut donc un véritable coup d'arrêt pour le natif de Santa Marta : « C'est un jour noir dans ma carrière. C'était difficile car cela changeait beaucoup de choses, notamment le fait de rater la Coupe du monde avec mon pays six mois plus tard ». Absent de la sélection colombienne, la réussite n'est également pas au rendez-vous lors de ses prêts successifs à Manchester United puis à Chelsea.

Alors qu'il retrouve l'efficacité cette saison, le buteur persiste et signe, il n'a pas changé : « Je ne crois pas qu'un joueur change fondamentalement. Je suis resté le même joueur. [...] L'instinct, ce n'est pas quelque chose de physique. [...] Mon football a mûri ». Que ce soit collectivement ou individuellement, le leitmotiv reste le même : « Si tu disputes chaque match comme une finale, tu luttes différemment. Alors que si tu te projettes trop loin, tu vas perdre en combativité. [...] Je ne me fixe pas d'objectifs de buts. Quand on se met des limites, on s'arrête en cours de chemin et je veux aller le plus haut possible ».

Le leader de la meilleure attaque d'Europe a également un nouveau rôle cette saison, celui de capitaine : « Quand le club, les joueurs et le coach m'ont donné ce brassard, j'étais très touché. J'ai encore plus envie d'aider ce collectif qui marche très bien ». Même s'il est trop tôt pour parler de titre car en « parler aujourd'hui n'a aucun sens », Radamel Falcao estime que la talentueuse jeunesse de la Principauté ainsi que la valeur des remplaçants font toute la différence cette année : « Je suis surtout impressionné par leur maturité, ils sont très doués mais ils ont les épaules d'assumer le fait de jouer dans un club avec un tel projet. [...] Ce n'est pas courant que les remplaçants apportent autant à chaque match, c'est sans doute unique en Europe, c'est la preuve que l'effectif a quelque chose en plus ».

Monaco-Matin

 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an