Si logiquement punis

Tableau Noir / 30/11/2016 - 07h02 / Par Geoffroy B.
  


Après une victoire écrasante face aux Phocéens samedi dernier, les Rouge & Blanc foulaient une nouvelle fois les pelouses de la Ligue 1 ce mardi. Leonardo Jardim avait promis « une gestion face à Dijon » pour cette 15ème journée de championnat. Avec les deux cartons face aux promus nancéiens (6-0) et messins (7-0), Monaco avait forcément une petite idée derrière la tête contre ce troisième club promu parmi l'élite.

Jardim n'a pas réussi son pari

Alors que les latéraux avaient semblé moins en vue qu'à l'accoutumée face à Marseille, ils ont pourtant été tous deux (Sidibé/Raggi) dans l'Equipe type de la 14ème journée. Comme quoi, on s'habitue vite aux excellentes performances des joueurs du Rocher ; devenant peut-être un poil trop exigeant. Compte tenu de la dynamique actuelle, on voyait mal le tacticien lusitanien revoir ses plans.

Après un essai concluant face à Nantes, Leonardo Jardim avait décidé de procéder à un léger lifting de son équipe. Exit les habituels titulaires B.Mendy, Jemerson, Bakayoko et Falcao ; place aux Raggi, Ab.Diallo, Moutinho et Carrillo.

Dominés dans la plupart des compartiments du jeu (possession, tirs, duels gagnés, etc…), le chef d'orchestre a vociféré comme jamais à l'encontre de ses musiciens, son changement de système de 4-4-2 en 4-2-3-1 n'y changeant absolument rien. L'ASM n'a pas su jouer sa partition habituelle à savoir le mélodieux réalisme (9 tirs pour 4 cadrés) ; la meilleure attaque d'Europe ne s'est pas suffisamment mise à l'abri pour parer à l’égalisation inévitable de valeureux dijonnais. Avec seulement un but au compteur, le collectif a été trop tôt dans la gestion pour escompter un meilleur résultat.

Sidibé, un coffre à toute épreuve

Sidibé : Généreux dans l'effort, il a le profil du latéral moderne. Sur l'action qui mène le but monégasque, il fait quasiment tout même si sa frappe est trop sur le gardien. Preuve de son apport, c'est le joueur du Rocher qui a touché le plus de ballons (94). Paradoxalement, il a donné des sueurs froides à ses coéquipiers de la défense en se livrant un peu trop régulièrement devant alors qu'il aurait peut-être été opportun d'assurer un peu plus derrière dans les temps forts dijonnais, surtout que Lemar était loin d'assurer l'intérim pendant ces phases de jeu.


Subasic : Injustement sifflé par les supporters locaux durant toute la rencontre pour une semelle bien réelle de Rivière (20ème). En grande difficulté sur les longs dégagements, il n'a pas réussi l'exploit d’annihiler la frappe à bout portant de Sammaritano (87ème).

Glik : Impérial dans les airs, il a fait parler toute sa puissance lorsqu'il s'agissait de s'imposer dans les duels. Malgré l'absence de son habituel compère en charnière centrale, il est resté le patron de sa défense et a empêché longtemps de sonner l'heure de la sentence.

Ab.Diallo : Jemerson suspendu, le jeune défenseur central a donc grappillé du temps de jeu au détriment de Raggi qui aurait pu occuper ce poste par exemple. Face à un adversaire plus grand et plus lourd que lui (Yohann Rivière), il a souffert mais sans conséquence. Il est malheureusement fautif en toute fin de rencontre sur le marquage du buteur dijonnais.

Raggi : Désigné maillon faible par l'entraîneur adjoint de Dijon, le couteau suisse de la défense asémiste n'a pourtant pas démérité même s'il a souvent été mis au supplice par Rüfli. A l'image de Glik, il préfère botter en touche plutôt que de prendre le risque de perdre la balle. L'Italien a failli surprendre son monde sur une belle frappe (93ème).

Fabinho : Précieux dans la récupération, encore et toujours, il n'a pas été trop chamboulé par la non-titularisation en début de partie de Bakayoko. Sans doute le meilleur monégasque de la soirée.

Moutinho : Il garde toujours la confiance de son coach et compatriote. Sa tâche n'était pas aisée car il devait faire oublier Bakayoko. Il n'a pas particulièrement brillé. On regrette juste que sa technique n'ait pas permis d'avoir davantage la possession.

Lemar : Vif, il a fait de nombreux et longs sprints. Cela ne lui a pas permis de garder une entière lucidité avec une quantité de déchets techniques anormalement élevée. Il a même frôlé la correctionnelle en perdant deux fois le ballon au milieu de terrain, heureusement sans conséquence. Remplacé par Mbappé (83ème) qui aurait mérité sans doute un peu plus de temps de jeu pour espérer faire la différence.

Silva : Le Portugais a fait une prestation correcte. Celle-ci aurait été bien meilleure s'il avait été décisif ce soir, ce qu'il n'est pas parvenu à faire malgré ces nombreux efforts.

Germain : Capitaine en l'absence de Falcao, il a encore une fois beaucoup couru. Il aurait pu inscrire du pied le même but que face à l'OM suite à une belle (la seule ?) inspiration de Lemar. Comme Carrillo, il a été sevré de balles, la faute à une défense adverse à 5. Remplacé par Bakayoko (58ème) qui est resté dans la droite lignée du match contre Marseille : surpuissant mais trop gourmand.

Carrillo : Il a connu la joie de marquer dans la peau d'un titulaire, il devient même ce soir le meilleur buteur du club en championnat (6 buts). Que de chemin parcouru depuis la saison dernière ! Efficace dans les duels aériens mais pas toujours précis, l'Argentin (photo de Pierre Lahalle/L'Équipe) a marqué un but de renard des surfaces après une erreur de main du portier dijonnais. Remplacé par Falcao (66ème) fantomatique mais hors-jeu quand même à deux reprises.

Même si Paris et Nice peuvent freiner dans ce championnat, on voit que l'AS Monaco en est également capable. Sans attaque de feu, on constate que la défense ne permet pas d'obtenir mieux qu'un match nul à Dijon. Le championnat est encore long, que cela nous serve de leçon. Samedi, encore et toujours la Ligue 1. Pour la 16ème journée, les asémistes accueilleront les Corses de Bastia qui restent sur deux nuls en championnat dont le dernier face au leader niçois.

Daghe Munegu.


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an