Monaco sur un nuage

Tableau Noir / 27/11/2016 - 06h50 / Par Geoffroy B.
  


Après la magnifique qualification acquise face à Tottenham, pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, les coéquipiers de Nabil Dirar - dont c'était le grand retour dans le groupe - devaient se recentrer sur l'Hexagone avec la Ligue 1. Dans un stade acquis à la cause des locaux, les Asémistes étaient chargés d'accueillir comme il se doit le retour de Rudi Garcia, l'ancien champion de France lillois (2011) et actuel entraîneur de l'alléchant projet marseillais.

Jardim, sûr de sa force

C'était écrit, l'histoire en Rouge & Blanc serait une histoire de coups de pied arrêtés que ce soit offensivement (43,6% des buts inscrits) ou défensivement (53,3% des buts encaissés). En l'absence de Thomas Lemar sur le terrain, « le pari » de Leonardo Jardim cette saison, Gabriel Boschilia, a une nouvelle fois inscrit un magnifique coup-franc ; celui-ci permettant de débrider la rencontre. On avait déjà un artilleur pour les penalties en la personne de Fabinho, il y en a désormais deux autres pour tirer un coup-franc.

Concernés par un protocole de récupération renforcé, B.Mendy (absent de la feuille de match) et Lemar (sur le banc) n'ont pas participé à la rencontre contrairement au capitaine Falcao. Dans un traditionnel 4-4-2, les Monégasques ont su résister à la très haute intensité imposée par ses adversaires du soir en début de partie. L'entraîneur portugais avait procédé à un très léger lifting de son onze type avec la paire Raggi/Boschilia à la place du duo B.Mendy/Lemar.

L'ASM a dominé les débats dans tous les compartiments du jeu et signe sa plus large victoire face à l'Olympique de Marseille en L1. Ecœurants de réalisme (15 tirs – 9 cadrés – 4 buts), les joueurs du Rocher n'ont pas tremblé durant cette 14ème journée. Malgré des latéraux bien moins présents qu'à l'accoutumée, la force offensive de l'équipe princière a une nouvelle fois fait merveille.

L’homme du match : Germain, nouveau bourreau de Marseille

Germain : Il est certainement la parfaite antistar du club comme le titrait le Parisien récemment. Détenteur du meilleur taux de masse graisseuse de l'effectif en début de saison, n'en déplaise à Jemerson, il est le principal acteur de la tonitruante première mi-temps de son équipe (3 tirs cadrés – 3 buts). Buteur de la tête – son point fort – puis du pied, complètement en déséquilibre, l'attaquant de 26 ans a rendu une belle copie. Né à Marseille, il fait mal à sa ville natale avec un bilan de 5 réalisations en 5 rencontres.

Subasic : Souvent sollicité au pied par ses partenaires, il est resté concentré et a répondu présent dans les temps forts marseillais. Mention spéciale pour sa parade au cœur de la surface contre Cabella.

Raggi : L'Italien n'a pas démérité en remplaçant numériquement le bouillant Benjamin Mendy. Paradoxalement peu sollicité défensivement, c'est finalement offensivement qu'on pourrait lui faire des reproches.

Glik : Le défenseur central a semblé un peu moins serein que d'habitude. Sa pirouette acrobatique en seconde mi-temps pour dégager un ballon chaud dans la surface nous ferait presque oublier sa prestation en demi-teinte.

Jemerson : Plus à son avantage que son compère en charnière centrale, Blackenbauer nous montre par moments tout son potentiel : anticipation, duel aérien, longue transmission. Comme Glik, il a surtout eu le mérite de repousser les offensives marseillaises, notamment au début de la rencontre.

Sidibé : C'est comme si l'absence de B.Mendy lui avait coupé ses velléités offensives ! Face à Thauvin, il avait cependant un gros client. Un peu moins euphorique que face à Tottenham, il est tout de même à l'origine du troisième but.

Fabinho : Anormalement nerveux en début de rencontre, l'international brésilien a réalisé un bon match. Précieux à la récupération.

Bakayoko : Imposant physiquement, c'est le Monégasque qui a touché le plus de ballons (124). Il aurait pu être récompensé par un but (78ème). Tendance parfois à faire le dribble de trop.

Boschilia : Remplaçant au pied levé Thomas Lemar, ce petit gabarit a fait valoir ses qualités de percussion, de dribbles et de … tireur de coup-franc. Il vient d'inscrire son troisième coup-franc direct, cela commence à faire parler. Remplacé par Moutinho (62ème) qui continue à grappiller du temps de jeu après sa blessure.

Silva : Du Bernardo Silva comme on aimerait en voir à chaque match. Appliqué, rapide et décisif, le petit portugais aura fait vivre des moments difficiles à ses adversaires. Il a de nouveau fait sa spéciale : centre de l'extérieur du pied ; Germain se faisant une joie de concrétiser ce caviar. Remplacé par Dirar (78ème) qui fêtait son grand retour après de longues semaines d'absences.

Falcao : Discret, le capitaine a tout de même participé à la fête en délivrant, volontairement ou non, une passe décisive à Valère Germain. Remplacé par Carrillo (74ème) qui ne s'est pas privé pour marquer un nouveau but pendant le quart d'heure qu'il lui restait à jouer.

A 3-0 à la pause, les hommes de Leonardo Jardim ont légitimement baissé le pied durant la seconde mi-temps. Subasic garde le moral au beau fixe avec ce nouveau clean-sheet et l'armada offensive monégasque est toujours aussi insolente de réalisme. Espérons que cette douce euphorie perdure encore longtemps !

Rudi Garcia, vivant la plus large défaite de sa carrière en Ligue 1, n'a pas hésité à nous décerner le prix de « la meilleure équipe d'Europe ». Mardi, déjà, retour de la Ligue 1 avec un déplacement périlleux chez le promu dijonnais d'un certain Dylan Bahamboula.

Daghe Munegu. 


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an