Un point in extremis, entre scepticisme et soulagement

Tableau Noir / 28/09/2016 - 14h08 / Par Maxime R.
  


Vainqueur surprise de son premier match face à Tottenham, l'AS Monaco se devait de rester leader de son groupe, en remportant de préférence les trois points, évidemment. Avec ce match nul face à Leverkusen (1-1), l'ASM n'a rempli qu'à moitié cette mission, provoquant un mélange de scepticisme et de soulagement.

En panne d'inspiration

Chamboulés par une semaine qui les a vu perdre à Nice sur un score fleuve puis s'imposer contre Angers sur le fil du rasoir, les hommes de Leonardo Jardim avaient pour objectif hier de rééditer la performance proposée à Londres, il y a un peu moins de quinze jours. Pour ce faire, les Monégasques se devaient d'emballer rapidement la rencontre. Au contraire, les Rouge et Blanc ont mis trop peu de rythme à la récupération de ballon, multipliant également les pertes de balle.

Les transmissions entre RaggiGlikJemerson et Sidibé ont été trop lentes pour obliger le bloc adverse à sortir de manière désorganisée. Le trio Fabinho-Bakayoko-Moutinho a été bousculé par l'impact des allemands et aucun des trois n'a été capable de prendre réellement le jeu à son compte. Néanmoins, à l'approche de la mi-temps, les Asémistes se sont enfin mis à jouer juste et en mouvement, mettant ainsi à mal la défense de Leverkusen. Hélas, ce genre de temps forts furent trop éparses pour pouvoir déstabiliser l'adversaire.

Le constat fut rapidement le même en seconde période où les hommes de Jardim ont récupéré trop peu de ballons en position haute et ont eu un mal fou à se projeter vers l'avant. Heureusement, l'équipe est restée unie et soudée malgré l'ouverture du score de Chicharito. Le salut est finalement venu d'Assasin's Glik, déjà sauveur face à Angers. 

Glik remet ça, pas Lemar et Silva

Subasic : Rassurant dans les airs et sur sa ligne, notamment sur la frappe de Chicharito avant la mi-temps. Abandonné par sa défense sur le but du Mexicain, il n’a rien pu faire.

Raggi : Souvent pris de vitesse en un contre un et dans son dos, il a été en difficulté pendant la majorité du match. Peu dangereux offensivement, il a une nouvelle fois comblé ses lacunes par la combativité qu’on lui connait.

Glik : Toujours aussi costaud et précieux dans les duels, il a été beaucoup moins en réussite dans ses relances, balançant un nombre trop élevé de ballons. Néanmoins, son but magnifique en toute fin de match le place encore un peu plus dans le cœur des supporters monégasques, déjà.

Jemerson : Très bien placé en première période, il a multiplié les tacles et interceptions de qualité, que ce soit sur Volland ou sur Brandt. Loin d’être irréprochable dans ses relances, l’une d’elle amenant notamment le but allemand, il a encore compensé par un sens du sacrifice plein d’à propos.

Sidibé : Multipliant une fois encore les allers-retours dans son couloir, il a poussé ses adversaires à la faute à de nombreuses reprises. Bien en place face à Bender et Brandt, il a livré une prestation complète, se permettant même une magnifique talonnade qui amène une frappe somptueuse mais malheureuse de Lemar.

Fabinho : Jouant trop haut en début de match, il a été difficile à trouver dans l’entrejeu. Moins tranchant que d’habitude, il a paru en panne physique face à Aranguiz et Kampl, loin de son niveau habituel.

Bakayoko : Malgré son impact physique toujours considérable, il est retombé dans ses travers de l’an passé lorsqu’il jouait trop souvent vers l’arrière et manquait de justesse technique quand il jouait vers l’avant. Remplacé par Mbappé, pour sa première en Ligue des Champions, qui a tenté de faire la différence dans son couloir gauche. En vain.

Moutinho : Toujours propre techniquement, il a tenté de réguler l’entrejeu monégasque par des décrochages et des ouvertures vers l’avant mais, le tout, sans grand succès.

Lemar : Très actif et mobile pour sa première titularisation en Ligue des Champions, il a été un des rares monégasques à casser les lignes adverses. Malheureux sur sa frappe avant la pause, il n’a pas été en reste en seconde mi-temps même si, à l’image de Bernardo, la réussite l'a fui.

Silva : Lui-aussi très mobile sur le front de l’attaque, il a su jouer juste mais s’il a encore eu tendance à trop conserver le ballon. Bien cerné par une défense allemande qui le craignait, il a manqué de réussite et de complicité avec Germain. Remplacé par Boschilia, dont la coupe de cheveux devient de plus en plus insupportable.

Germain : Remplaçant à Tottenham, il étrennait cette fois-ci le brassard de capitaine à la pointe de l’attaque. Peu en vue et bien cerné par Tah et Toprak, il a eu beaucoup de peine à exister, tant dans ses appels en profondeur que dans ses décrochages. Remplacé par Carrillo, précieux dans les duels de fin de match.

Moins prolifiques qu'il y a quelques semaines, tant dans le jeu que dans les résultats, les Monégasques ont néanmoins obtenu un point capital pour la suite de la Ligue des Champions. Dominés et peu dangereux hier soir, les Rouge et Blanc gardent toutefois les commandes de ce groupe E. Après ce match nul presque inespéré, les mauvaises langues diront que le niveau de jeu affiché est inquiétant et les optimistes rappelleront comment l'ASM avait obtenu sa qualification en huitième de finale il y a deux ans. Choisissez bien votre camp.

Daghe Munegu !


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an