Bakayoko « portait quelque chose de lourd qu'il fallait évacuer »

Joueurs / 14/09/2016 - 13h35 / Par Florian R.
  


Métamorphosé en ce début de saison, après deux exercices compliqués dans l'ombre de Jérémy Toulalan et les blessures, Tiémoué Bakayoko exprime pleinement ses capacités depuis la fin du mois de juillet. Yannick Menu, l'un de ses anciens éducateurs à Rennes, et Claude Makélélé décrivent l'origine de ce "nouveau Bakoyoko" dans des propos rapportés par L'Équipe.

L'éphémère directeur technique du club de la Principauté, vu comme un « mentor » par l'entourage du joueur, explique que, sur le terrain, le natif de Paris « voulait tout faire, par générosité, mais il faut savoir se canaliser. Des discussions et des vidéos ont permis de lui faire comprendre qu'il devenait moins efficace dans ce qui constitue sa force, car ses coéquipiers avaient pris des habitudes et ne faisaient pas leur boulot. Il fallait corriger ça ».

Makélélé, passé par certains des plus grands clubs d'Europe (Chelsea, Real Madrid notamment), explique également que l'ancien rennais éprouvait de grandes difficultés sur le plan mental : « Il portait en lui quelque chose de lourd et il devait l'évacuer pour se libérer dans la tête. Cela expliquait son attitude renfermée. Or, dans ce métier, il faut être ouvert avoir le sourire, être joyeux : il devait donc changer ça. On voit qu'il a effectué un travail sur lui-même. Je suis très content de son début de saison, j'espère qu'il va garder cette cadence, pour s'améliorer », complète l'ex-milieu de l'Équipe de France.

Pour franchir ce cap, Yannick Menu raconte que le frère de Bakayoko l'a appelé fin 2015 pour exprimer la « souffrance » de Tiémoué. Le désormais ex-directeur du centre de formation rennais confirme les récents propos du joueur sur la mise en place de structures et de règles pour l'accompagner au quotidien. Aujourd'hui, Bakayoko est accompagné d'un « prof de boxe, préparateur athlétique ou nutritionniste. Il devait faire passer au club ce message : le changement, c'est maintenant. Venir à l'heure à l'entraînement, mettre ce qu'il faut au quotidien ou faire savoir qu'on bosse plus ». 

Et cela paye aujourd'hui au vu des performances du milieu de 22 ans alors que « Jardim ne comptait toujours pas sur lui au début de la préparation ». Menu croit son poulain « capable de bien plus : il doit ambitionner les Bleus ». La roue tourne vite dans le football et espérons que "Baka" continue sur ce rythme pour goûter à autre chose qu'aux Espoirs avec lesquels il compte 11 capes à ce jour.


 

Tiémoué Bakayoko


Accéder à la fiche du joueur