Une rentrée des classes (presque) gâchée

Tableau Noir / 13/08/2016 - 09h57 / Par Maxime R.
  


Menés au score après une première période insipide et sans fond de jeu, les Monégasques ont attendu la rentrée en jeu de Bernardo Silva pour se réveiller, prouvant que son néo-statut de remplaçant est déjà une erreur insurmontable. Avec un point au compteur lors de la première journée, l’ASM fait donc moins bien que la saison passée et sa victoire chez le rival niçois. Heureusement, au vu de la physionomie du match, le pire a été évité. Néanmoins, difficile de faire l’impasse sur le collectif, celui-ci ayant de nouveau perdu pied. 

Carrillo-Mbappe, la surprise du chef

Falcao et Love blessés, Germain suspendu, la logique voulait donc que Jardim laisse de côté son 4-4-2 new look au profit de son 4-2-3-1 déjà démodé. Que nenni, l’entraîneur monégasque a une nouvelle fois pris de court tout son monde en titularisant deux avants-centres, laissant ainsi une nouvelle fois Bernardo Silva sur la touche. Pourtant, la saison passée, contre Guingamp, Bernardo Silva avait été décisif contre les Bretons. En effet, lors du match aller (3-3) comme lors du match retour à domicile (3-2), le petit portugais avait marqué un but à chaque fois.

Comme souvent, Jardim a rapidement revu ses plans, non pas par choix mais par obligation, blessure de Mbappé oblige. A ce moment de la rencontre, il semblait déjà presque trop tard tant l’équipe était à la peine, incapable de maîtriser le jeu et de mettre le rythme nécessaire. Aucun des deux attaquants ne décrochait, rendant l’organisation du jeu princier encore plus difficile qu’à l’accoutumée. Offensivement, la paire Fabinho-Bakayoko était moins inspirée que contre Fenerbahce puisque les deux milieux jouaient constamment sur la même ligne, ne permettant donc pas à l'équipe de créer des décalages.

Heureusement, une fois l’échec de l’association Carrillo-Mbappé surmonté, les Monégasques se sont réveillés, enfin désireux de proposer du jeu et d’apporter le danger devant le but adverse. L’entrée de Bernardo Silva a alors bougé les lignes, modifiant totalement l’animation du jeu monégasque, une aubaine pour la fin du match et le début de championnat princier. 

Hélas, malgré cette réaction pleine d’à propos, ponctuée par deux buts rageurs, ce match d’ouverture n’a pas offert les garanties suffisantes pour préparer avec sérénité l'opposition de mercredi face à Villarreal. Seule la défense est apparue plus sereine mais, en encaissant deux nouveaux buts, pas certain qu’elle se soit rassurée pour autant.

Bernardo en sauveur, Carrillo en vendangeur

Subasic : Pris à revers à la demi-heure de jeu sur une frappe splendide de Diallo, il a ensuite été lâché par sa défense sur le second but des Guingampais inscrit par Privat. Le premier cleen sheet de la saison attendra...

Sidibé : Toujours à la recherche du bon angle de passe, il a été un des rares monégasques à tenter d’amener le surnombre en première période. Débarqué à gauche en fin de match après la sortie de B.Mendy, il a encore essayé d’apporter de l’allant, étant bien plus précis que l’ancien marseillais. Assez bien.

Glik : Première mitigée pour le blondinet polonais qui aura encore besoin de temps afin de s’acclimater totalement. Sa qualité de relance et sa présence aérienne sur les coups de pied arrêtés offensifs ont été concluantes. Une chose est sûre, les arbitres français vont l’entendre râler. 

Jemerson : Une nouvelle fois sérieux et appliqué, il a été précieux dans ses interceptions, ses sorties et ses couvertures, prenant peu à peu ses aises au sein de la défense monégasque. Seul bémol, celle-ci a encore encaissé deux buts. En progression.

B.Mendy : Aux abonnés absents sur la contre-attaque qui permet aux Bretons de faire le break, il a également commis plusieurs fautes idiotes, récoltant ainsi le premier carton monégasque du match. Peu ou pas précis sur ses centres, il a aussi eu du mal à combiner avec Lemar. Insuffisant. Remplacé par Joao Moutinho pour sa première de la saison. 

Dirar : Trop haut et pas assez disponible en première mi-temps, il a ensuite trouvé un second souffle, bien aidé par la récurrente présence de Bernardo à ses côtés. Audacieux et astucieux sur le but égalisateur, il a prouvé une nouvelle fois que le brassard lui allait bien. Mention bien.

Fabinho : Pas assez incisif et trop discret pendant une grande partie de la rencontre, il a été davantage percutant et disponible après la sortie de Bakayoko. Une fois n’est pas coutume, il n’a pas tremblé pour transformer son penalty, insuffisant pour rattraper une prestation trop timorée. Peut encore mieux faire.

Bakayoko : Fidèle à lui-même, il a perdu trop de ballons alors que son poste nécessite simplicité et technicité. Ses trop nombreuses passes latérales n’ont pas été d’une grande utilité pour la construction du jeu monégasque. Attention au relachement. Remplacé par Cavaleiro, toujours aussi inefficace, tant dans ses conduites de balle que dans ses appels. Son match contre les Young Boys de Berne, il y a un an, n’était qu'un mirage...

Lemar : Toujours plein de bonne volonté, il n’est pas encore parvenu à se hisser à son niveau de la saison passée. Excentré alors que l’axe lui sied davantage, il a encore été trop avare en touches de balle et pas assez juste techniquement, tant dans ses transmissions que sur coups de pied arrêtés. Encore insuffisant.

Carrillo : Après avoir raté l’immanquable trois minutes avant l’ouverture du score guingampaise, il nous a encore gratifié d’une prestation cataclysmique. Jamais dans le bon tempo, il n’a cadré aucune frappe, préférant même laisser passer le ballon sous ses jambes à l’heure de jeu au lieu de frapper. C'est à se demander qui voudra encore prendre sa défense après cette prestation. Gênant.

Mbappé : Pas aidé par sa première titularisation de la saison aux côtés de Carrillo, il est sorti sur blessure après quarante minutes poussives. Remplacé par Bernardo Silva qui, rempli de bonnes intentions, a totalement dynamité la défense adverse. Mobile, disponible et joueur, il a une nouvelle fois éclaboussé la partie de sa vista, obtenant un penalty avant d’égaliser avec panache. Merci.

Pas rassurés mais malgré tout satisfaits de cette réaction dont seul eux ont le secret, les Rouge et Blanc ont désormais la tête à mercredi et ce premier match capital face à Villarreal. D'ici là, Leonardo Jardim risque de longuement réfléchir au choix de sa tactique et des hommes qui l'animeront. Surprise, surprise...

Daghe Munegu


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an