Dylan Bahamboula : « Un goût amer ? Un petit peu »

Joueurs prêtés / 05/01/2016 - 01h57 / Par Ervan C.
  


En juillet dernier, l'AS Monaco officialisait le départ en prêt pour une saison sans option d'achat de Dylan Bahamboula, à destination du Paris FC, promu en Ligue 2. Six mois plus tard, le jeune milieu offensif (20 ans) s'est exprimé sur le site officiel du club parisien. Morceaux choisis.

Son arrivée sur le Rocher
« J’ai commencé le foot lorsque j’avais dix ans au club de Linas-Montlhéry, où jouait mon frère. Ensuite, j’ai passé des tests pour rejoindre l’Institut National de Football à Clairefontaine. Après deux années à Clairefontaine, je suis allé directement à Monaco. Il y avait d’autres clubs mais j’ai choisi Monaco après avoir visité le centre de formation ainsi que les terrains et notamment ceux de la Turbie. »

Son parcours au centre de formation
(En 2013, il est devenu Champion de France U19 avec Monaco et a marqué 15 buts) « Cette saison a été la meilleure depuis que je joue au foot. Après cette année, j’ai signé mon contrat pro avec Monaco. Rien ne pouvait nous arrêter, il y a avait des soldats derrière. On me passait le ballon, et moi, je finissais le boulot. Je ne retiens que de bons souvenirs de cette saison, que ce soit avec le coach (NDLR : Frédéric Barilaro) ou avec tout le monde. 

(La saison dernière, il jouait avec la CFA et a marqué 6 buts) « J’étais souvent sur banc avec les professionnels de Monaco. En CFA, je n’ai pas beaucoup joué parce que je ne m’entraînais pas avec eux. Je ne jouais avec eux qu’un week-end sur deux. Au début, quand on est sur le banc, c’est magnifique. On voit les pros jouer, on ne demande même pas à rentrer car on est tout nouveau, on découvre. Avec le temps cela commence à être frustrant. Lorsque l’on est un compétiteur, être tout le temps sur le banc cela ne va pas. J’ai donc fait le choix de venir ici, à Paris.

Est-ce que j'ai un goût amer ? Un petit peu... après ce n'est pas totalement de leur faute. C’était à moi de faire mes preuves. Si le coach trouve que je ne rentre pas dans le projet et que je ne suis pas bon, c’est son choix. »

Son regard sur l'ASM actuelle
« J'ai pu côtoyer des grands noms du football. J'ai beaucoup appris d'eux. Quand on voit leur professionnalisme… c’est impressionnant de les voir toujours là avant et après l'entraînement ! Quand on les regarde jouer, on sent qu’ils ont de l’expérience. Ils vivent et sentent le football. Des mecs comme Toulalan ou Moutinho, tu penses que tu vas leur prendre la balle… mais tu ne la récupères pas !

J’ai vu que leurs objectifs avaient changé et que maintenant, ils ont plutôt le regard tourné vers les jeunes, qu’ils recrutent beaucoup. Moi, j’étais là et comme je suis formé au club ce n’était pas évident. Je savais que je n’allais pas jouer donc je suis parti. Je pense que recruter des jeunes est une bonne stratégie. »

Sa saison au Paris FC
« Je découvre la Ligue 2 et un autre poste aussi car je n’avais jamais joué milieu droit. Mon bilan est plutôt mitigé : je suis irrégulier. Au poste où j’évolue, il me faut des stats. C’est vraiment ce qui prime à ce niveau-là. On ne demande que cela, pour être bon, vu et espérer côtoyer les grands clubs. Sur ce domaine je ne suis pas assez pointu. 

Concernant mon utilisation, j'ai un profil offensif mais je préfère faire le lien entre le milieu et l’attaque. J’aime bien démarrer les actions, tant mieux si elles peuvent être concrétisées ou si cela peut se conclure par une passe décisive. J’aime bien être le créateur, celui qui accélère le jeu et pas forcément le buteur. »

Site Officiel du Paris FC