T. Mangani : « C'était un honneur de porter ce maillot »

Anciens - Interview / 28/10/2015 - 16h00 / Par Rémi V.
  


Dimanche prochain, l’AS Monaco reçoit Angers pour le compte de la 11ème journée de Ligue 1. A l'occasion de ce match et après l'interview souvenir de Laurent Viaud, Planete-ASM vous propose de vous immerger à nouveau dans le passé du club, cette fois dans une époque plus récente mais tout aussi intéressante, et tristement historique. Le milieu de terrain angevin Thomas Mangani - ayant effectué toute sa formation et ses débuts professionnels sur le Rocher - a accepté de revenir pour Planete-ASM, sur son long passage en Principauté. Cela nous offre l'opportunité de se remémorer le Monaco « d’avant », celui qui luttait dans le ventre mou de la Ligue 1 et qui est descendu en Ligue 2 en 2011, pour ce qui restera le point de départ douloureux d’une nouvelle ère. 

Les années au centre de formation

Arrivé sur le Rocher au début de la saison 2001-2002 en même temps que Dider Deschamps, Thomas Mangani se souvient de ses impressions au moment de sa venue : « Monaco c’est un club mythique, avec une grosse histoire, un beau palmarès. C’est aussi un club respecté, apprécié dans toute la France, avec beaucoup de supporters dans tout le pays. Signer ici à 14 ans, c’était énorme ». Sacré champion d’Europe des U17 en 2004 en compagnie de la très prometteuse génération 87' (Ménez, Ben Arfa, Nasri, Benzema etc) et titulaire à chaque match de la compétition au poste d’arrière gauche, Mangani est un grand espoir de la formation monégasque et a effectué toutes ses classes du côté de la Turbie avant de signer son premier contrat professionnel en 2006. Il se souvient des personnes ayant compté sur le chemin de ce précieux sésame : « Frédéric Barilaro a été très important dans mon parcours de formation, c’est un excellent formateur, quelqu’un qui m’a marqué. Je pense également à José Broissart, directeur du centre à l’époque. Ils m’ont inculqué des valeurs fortes et m’ont fait beaucoup progresser, sur le terrain et en dehors, en tant qu’homme. Ils ont été essentiels dans mon parcours ». Le natif de Carpentras évoque également les joueurs qu’il a cotoyés au cours de ses années : « Dans ma génération il y avait Serge Gakpé qui avait un potentiel énorme. Au-dessus, je pense à Gigliotti et Maurice-Belay qui étaient de supers joueurs. Bakar pour la génération en-dessous. ll y a toujours eu beaucoup de potentiel au centre de formation de Monaco, très réputé au niveau national ». Ces années de formation resteront gravées dans la mémoire de Mangani, qui reste attaché et redevable au club de la Principauté : « J’ai passé de magnifiques années de formation à Monaco, qui restera toujours un club spécial pour moi, qui m’a permis de devenir professionnel. Je serai toujours reconnaissant envers ce club et ce qu’il m’a donné. Cela a été un honneur de porter ce maillot ».

Lancé par Ricardo, titulaire avec Lacombe

A la fin de la saison 2008-2009, à l’occasion de la 35ème journée de championnat, Thomas Mangani est lancé dans le grand bain de la Ligue 1 par Ricardo. Propulsé directement titulaire pour son premier match, à son poste de formation, latéral gauche. Mais c’est l’arrivée au poste d’entraineur de Guy Lacombe qui donnera véritablement le coup d’envoi de la carrière professionnel du gaucher, l’ayant repositionné milieu défensif. Mangani se montre très reconnaissant envers le technicien aveyronnais : « Guy Lacombe a vraiment compté pour moi. Il m’a accordé sa confiance, et m’a beaucoup apporté, sur tous les plans. Je considère que c’est un très bon coach, avec une grosse expérience » et déplore la réputation médiatique assez peu flatteuse de son ancien entraîneur, « l’image que les médias renvoient de lui n’est pas du tout fidèle à ce qu’il est dans la réalité. C’est quelqu’un qui a des valeurs très fortes, une bonne personne, qui a été importante dans ma carrière » insiste-il, avant de rajouter, « je pense que c’est le cas pour d’autres joueurs à l’époque ». En effet, durant son passage contrasté à l’ASM, Lacombe a offert à Nampalys Mendy, Layvin Kurzawa, Frédéric Bulot et Kévin Malcuit leurs premières apparitions en matches professionnels, et tous ces joueurs évoluent aujourd’hui en Ligue 1.  

La saison 2009-2010, ponctuée d'une 8ème place de Ligue 1 et une finale de Coupe de France reste un bon souvenir pour Thomas Mangani, titulaire au Stade de France contre le PSG, teinté tout de même de regrets : « Cela reste une grosse déception de ne pas avoir ramené la Coupe aux supporters monégasques. Avec le recul, on avait quand même fait un parcours énorme. Une belle victoire contre le grand Lyon de l'époque à domicile (2-1) en 1/16ème puis un déplacement à Bordeaux, champion en titre, avec une grosse équipe où on gagne 2-0 et ce fameux quart de finale contre Sochaux (4-3) où on arrache la qualification en prolongation, après une égalisation au bout du temps additionnel ». Il est vrai que, privés de trophée depuis la Coupe de la Ligue 2003, les supporters monégasques auraient certainement apprécié une autre issue. Le milieu angevin regrette également que Monaco ait manqué « l’opportunité de disputer la Coupe d’Europe la saison suivante, ce qui aurait peut-être pu changer les choses, même si on ne le saura jamais... »

Les regrets de la descente suivis du départ

En effet, la saison 2010-2011 s’avère noire pour le club de la Principauté et tristement historique, se soldant par une descente en L2 après 33 années de présence ininterrompue dans l’élite française. Pour Mangani, cette conclusion reste douloureuse : « C’était une année très difficile. Sur l'ensemble de la saison, la descente a aussi été la conséquence de coups du sort qui sont le lot des équipes en difficulté. Je pense au match contre Paris, où on se fait reprendre en deuxième mi-temps et au match à Louis II contre Lens où Varane égalise dans les arrêts de jeu. C’est aussi dommage que Guy Lacombe ne soit pas resté toute la saison, parce que je pense qu’on aurait pu se sauver. C’est très décevant pour un jeune formé à Monaco de descendre avec ce club en L2, surtout qu’on a envie de porter haut les couleurs de l’ASM ». Reléguée avec 44 points à l'occasion du 2000ème match de son histoire, contre Lyon, l'ASM termine pourtant à 6 points de la 8ème place. A ce sujet, l’ancien milieu monégasque nourrit surtout un regret, celui de ne pas avoir pu confirmer les espoirs d’une génération prometteuse formée au club.  « Cela faisait quelques années qu’il y avait des résultats mitigés, même si la saison précédente, on fait un peu mieux avec Lacombe. C’est rageant de ne pas avoir réussi à confirmer cette année prometteuse, car avec la qualité des jeunes de l’équipe, les années suivantes auraient pu être belles. La descente a été un gros coup d’arrêt pour le club ». Difficile de lui donner tort, compte tenu des nombreux talents du cru présents sur le Rocher à cette époque : Ruffier, Mongongu, Nkoulou, Kurzawa, Mendy, Gakpé, Germain, le jeune Carrasco… l’ancien monégasque insiste : « On peut aussi rajouter Aubameyang qui était déjà un super joueur et Frédéric Bulot qui est maintenant titulaire en Ligue 1. C’est vraiment dommage parce qu’on avait une belle marge de progression, avec des entraineurs qui faisaient confiance aux jeunes ».

Après la descente, Thomas Mangani démarre la saison avec l’ASM en Ligue 2 puis rejoint dans les derniers jours du mercato estival 2011 l’imposant contingent d’anciens monégasques composé de Puygrenier, Mollo, Zola, Moukandjo, Niculae et Bakar à Nancy. Il explique : « à la base, je souhaitais rester au club pour l’aider à remonter, j’étais parti pour continuer à Monaco. Je n’étais pas titulaire en début de saison, je rentrais en jeu à chaque match. Puis, à la cinquième journée de championnat, contre Lens, je débute et je marque. Mais à l’époque on m’a fait comprendre que l’on ne comptait pas trop sur moi et j’ai eu cette opportunité à Nancy, en Ligue 1. J’y ai passé trois bonnes saisons, dans un club très familial où l’intégration était facilitée du fait de la présence de nombreux anciens monégasques ».

De retour au stade Louis II

Thomas Mangani suit toujours avec attention les résultats de son club formateur : « J’étais très content de voir Monaco rebondir, remonter en Ligue 1 et disputer un 1/4 finale de Ligue des Champions l’année dernière. Cela m’a fait plaisir aussi pour Valère Germain, une super personne qui a beaucoup donné pour ce club ». Ne se prononçant pas véritablement sur la politique actuelle de l’ASM, il constate tout de même que « sans connaître les tenants et les aboutissants de ce projet, les résultats des dernières saisons sont déjà convaincant. ». De retour pour la première fois sur la pelouse du Stade Louis II depuis son départ, le milieu de terrain craint un match difficile face à une équipe qu’il juge talentueuse : « Il est clair qu’avec un effectif de cette qualité, malgré un début de saison délicat, Monaco peut prétendre à jouer le podium. Ce sera un match très difficile pour nous, mais on essaiera d’embêter cette équipe, avec nos atouts ». Co-meilleur buteur avec trois réalisations et meilleur passeur avec deux offrandes, du SCO - surprenant deuxième du championnat - Mangani évoque avec humilité le beau parcours de son équipe : « on fait notre petit bonhomme de chemin, en essayant de prendre un maximum de points pour obtenir un maintien tranquille en fin de saison » et adresse, en guise de conclusion, un beau message de reconnaissance aux supporters asémistes : « Continuez de venir au Stade Louis II, de soutenir votre équipe avec tout l’engouement que j’ai connu lors de mes années à Monaco, continuez de remplir aussi les tribunes visiteurs à travers toute la France ! On parle beaucoup de la faible affluence au stade mais quand vous avez des supporters aussi fidèles et fervents, c’est déjà magnifique. Et merci pour les belles années que j’ai passées, merci d’être derrière ce club que j’aime, qui restera toujours spécial pour moi. Ce sera un grand plaisir de retrouver le Louis II et ses supporters cette année, ce sera la première fois depuis mon départ. J’espère qu’on vous offrira un beau match à regarder et que le meilleur gagne ! ».

En bonus, tout comme Laurent Viaud, Thomas Mangani a accepté de nous livrer son équipe-type, composée librement parmi les joueurs qu'il a cotoyé durant son parcours à l'ASM. Celle-ci, positionnée en 4-4-2, a fort belle allure et ne manquera pas d'évoquer de nombreux souvenirs aux supporters monégasques, qui apprécieront la présence de plusieurs joueurs restés fidèles à Monaco pendant de longues années :

« Ruffier - Maicon, Squillaci, Givet, EvraBernardi, Pérez - Giuly, Aubameyang - Germain, Park »

L'équipe de Planete-ASM remercie chaleureusement Thomas Mangani pour sa disponibilité et pour cet agréable échange.


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an