Eric Cubilier : « Ce serait injuste »

Anciens / 24/04/2014 - 09h35 / Par Maxime M.
  


L'ancien défenseur Eric Cubilier, qui portait les couleurs de l'AS Monaco la dernière fois que celle-ci décrocha une seconde place en Ligue 1, en 2002-03, prend la parole dans les colonnes de Nice-Matin. Il évoque son passage sur Rocher,  son amitié avec le capitaine Eric Abidal et défend Claudio Ranieri dont il perçoit le départ potentiel comme « injuste ».

Victorieux par le passé à Monaco avec qui il remporte la Coupe de la Ligue sous Didier Deschamps, le natif de Nice a par la suite connu un parcours plus délicat, entre prêts à répétition, problèmes contractuels avec Nantes, relégations en Ligue 2 et fin de carrière sous infiltration (double hernie lombaire et cervicale). Il décide de la stopper sous le maillot de Bastia, encore jeune. « On m'a proposé une opération mais j'avoue que j'appréhendais. J'ai préféré arrêter. Je n'avais que 31 ans. Même si j'ai ressenti un manque, je n'ai pas regrétté. Par rapport au souffrances, c'était un soulagement. »

Amoureux de l'OGC Nice, son club formateur, il est pourtant repéré par l'ASM et débarque dans un autre monde « dès le premier jour, sur le parking avec ma Wolkswagen au milieu des Ferrari (...) avec des super mecs et un niveau de fou. » Aujourd'hui consultant radio pour France Bleu Azur, Cubilier a gardé des liens avec le club du Rocher, et notamment Eric Abidal, qu'il a cotoyé lors de son passage. « Je n'ai pas osé l'appelé à son retour à Monaco. Je l'ai revu lors du dernier derby à l'Allianz et ça m'a fait très plaisir. Dans les moments difficiles, il avait été là pour m'épauler » (ndlr : Cubilier a perdu ses deux parents à quelques mois d'écart, notamment lors de son prêt au PSG).

Alors que l'ASM s'apprête à assurer de nouveau une place de dauphin, décrochant probablement au passage un record de point pour un second, il analyse les forces de cette équipe talentueuse, qu'il estime cependant à sa juste place derrière le club de la capitale. « Il faut être conscient du mérite de l'ASM, indique l'ancien latéral droit. On a souvent présenté l'ASM comme le rival du PSG cette saison, mais hormis James, que je trouve exceptionnel, et peut-être Falcao avant sa blessure, quel joueur aurait eu sa place au PSG ? Le PSG boxe dans une catégorie à part et Monaco, qui venait de Ligue 2, a mis des jeunes sur le devant de la scène comme Germain ou Kurzawa. » Il ne tarie pas d'éloge sur l'attaquant monégasque. « Germain, j'adore ce joueur. Il n'y a pas plus généreux que lui sur le terrain. Berbatov, lui il ne bouge peut-être pas beaucoup mais quand tu lui donnes le ballon, il ne le perd jamais. Il a le geste juste, techniquement, c'est fort. Quant à Toulalan, pour moi il a tenu la barraque toute la saison. »

Alors pourquoi Ranieri est-il aussi menacé ces temps-ci malgré ce bilan positif ? Il indique au quotidien azuréen qu'une mésentente entre Abidal et Ranieri pourrait être à l'origine de cette position précaire. « Il y a peut-être des choses que j'ignore à l'intérieur du groupe, mais de l'extérieur, Ranieri a fait le boulot, il ne mérite pas de perdre sa place. Comptablement, on ne peut rien lui reprocher, et Monaco depuis le début n'a jamais craqué. Il a fait tourner son effectif et malgré tout on voit un Rivière à 11 buts et un Germain qui donne tout après être resté six mois sur le banc. A mon avis pourtant, il n'y a pas de fumée sans feu. L'élimination en Coupe de France a été mal perçue et si Monaco trouve une pointure qui lui convient sur le banc, Ranieri ne devrait pas rester. Mais au final, ce serait injuste. » Voilà qui est dit. 

Plus d'informations dans l'édition du 24/04/2014 de Nice-Matin - Groupe NICE-MATIN - Tous droits réservés

Nice-Matin