Coup de sifflet contre les arbitres, faute sur Falcao !

Du tac au tacle / 06/11/2013 - 18h00 / Par Cédric L.
  


C’est un doute que presque tous les supporters de l’ASM ont depuis l’arrivée du Russe Dmitry Rybolovlev et sa puissance financière à la tête du club, il y a maintenant près de deux ans, celui de craindre que les arbitres qui officient lors des matchs de championnat de France pourraient siffler, souvent à tort et à mauvais escient, contre l'AS Monaco, par excès de zèle, comme l'a subi le PSG version Qatar avant la remontée de l'ASM en Ligue 1. Ces derniers temps, il me semble que cette tendance à mettre facilement le sifflet à la bouche se révèle vraie surtout à l’encontre de la star de l'effectif monégasque, Radamel Falcao.

Je pense que vous avez dû le remarquer, chers lecteurs, mais depuis quelques journées déjà, un bon nombre de fautes sont sifflées contre notre attaquant colombien. Certains d’entre vous me diront que c’est du fait de sa grinta sur le terrain qu’il commet ces fautes, que les Latinos ont le sang chaud et qu’ils commètent plus de fautes que les autres ou encore qu’il est lassé de ne pas avoir de bons ballons à exploiter et qu’il s’énerve donc facilement contre ses adversaires, ce qui conduit l’arbitre à le pénaliser. Le mélange de ces explications peut expliquer cet amer constat. Mais essayons d'argumenter notre ressenti par des faits concrets et des statistiques.

Hors-jeu par-ci, hors-jeu par là

Rien que face à Lyon il y a deux semaines (victoire 2-1), n’avez-vous pas remarqué le nombre élevé de hors-jeux sifflé par le juge de touche contre le Colombien alors que ce dernier partait seul au but et qu’il n’était pas en position illicite ? Sur les six hors-jeu sifflés contre le joueur monégasque durant le match, deux ou trois n'y étaient pas. Cela peut arriver me direz-vous, les arbitres sont humains et ils ne peuvent juger comme nous pouvons le faire grâce à l’aide de la technologie et des ralentis dont nous abreuvent les chaînes de télévision. Mais il faut admettre que contre Lyon, ces hors-jeu ont été abusivement sifflés en seconde période, après la réduction du score lyonnaise par Bafétimbi Gomis à l’heure de jeu.

Pour étayer davantage mes propos sur ce problème de hors-jeux (trop) sifflés, sachez que El Tigre a déjà été signalé à 16 reprises en position illicite depuis le début de la saison. C'est deux fois plus qu'Edinson Cavani (7 fois hors-jeu), autre star fraîchement débarquée cet été en Ligue 1, qui a joué autant de rencontres que le Colombien, mais qui a passé moins de temps sur le terrain (800 minutes contre 1034 pour le Monégasque). Et si l’on continue sur cette piste, en comparant avec les autres joueurs présents dans le top 20 du classement des buteurs, il faut descendre jusqu’au 15ème rang pour voir un autre buteur qui a davantage été sifflé hors-jeu que Falcao, (l'attaquant guingampais Mustapha Yatabaré, signalé 19 fois hors-jeu en 11 matchs). Bizarre pour un joueur dont la science du placement est reconnue dans le milieu footballistique, non ?

Coups de sifflets à répétition

Une autre statistique fait écho à la précédente, celle des fautes sifflées à l’encontre de l’ancien attaquant de l’Atletico Madrid. En me référant aux statistiques officielles émises par la LFP, je constate que 38 fautes ont été sifflées contre lui, ce qui en fait l’attaquant le plus sanctionné. Même le sulfureux et sanguin Zlatan Ibrahimovic fait moins de fautes cette saison (24), alors que l’on connait le tempérament de feu du Parisien qui ne se prive pas de mettre la semelle lorsqu'un adversaire l'énerve. Si l’on retourne à l’année passée, sur l’ensemble de la saison de Ligue 1, le Suédois n’a commis « que » 66 fautes. Cette saison, alors que nous ne sommes qu’au quart du championnat, Falcao finirait avec près de 150 fautes commises en fin de saison si les arbitres continuent de le sanctionner ainsi, soit deux fois plus que le Parisien l’année passée, qui avait été particulièrement exécrable dans son comportement sur le terrain.  Falcao serait-il plus méchant qu'Ibra le karatéka devant Ruffier, le pistolero devant Zébina ou l'aboyeur devant les arbitres ?

Pour appuyer mes arguments, sachez que selon le site Optasport, un site spécialisé dans les statistiques, l’attaquant monégasque est celui ayant commis le plus de fautes depuis le début de la saison, avec 40 fautes (contre 38 selon la LFP…), soit le plus gros total pour un joueur dans les cinq plus grands championnats européens. Enfin, au niveau des cartons jaunes, le Colombien en a récolté quatre, dont un encore ce week-end face à Lille (2-0), ce qui lui a valu une suspension pour le match de Coupe de la Ligue face à Reims mercredi dernier (défaite 1-0). Si l’on regarde les motifs notifiés par les arbitres, on voit que par trois fois, c’est dû à un comportement antisportif et une fois pour avoir enfreint avec persistance les lois du jeu. Etonnant lorsque l’on connait le personnage, lui qui reste souvent si calme sur le terrain et qui ne comprend pas vraiment pourquoi l’arbitre siffle à tort et à travers contre lui. Surtout quand on voit le traitement de faveur que lui réservent les défenseurs adverses lors de chaque journée. Entre les tacles à répétition, les tirages de maillot et les obstructions exagérées, à seulement 32 reprises les arbitres ont donné raison à l’attaquant asémiste, alors que ce dernier n’arrêtait pas de voir ses actions inhibées par des comportements qui sont, là, réellement antisportifs. Deux poids, deux mesures…

Souviens-toi, la saison dernière...

Ce n’est pas la première fois que les arbitres français font de l’excès de zèle envers une star de notre championnat. Les supporters du club de la capitale pourront aussi en témoigner. L’année passée déjà, certains joueurs parisiens ont été la cible privilégiée des hommes en noir qui ont pris un malin plaisir à siffler à outrance. Parfois à raison, notamment lorsque Zlatan Ibrahimovic avait mis ses crampons en avant sur le torse de Ruffier, lors de Saint-Etienne-Paris SG (11ème journée), ou à tort, lorsque Thiago Silva a écopé d’un carton rouge très sévère après avoir mis ses mains contre la poitrine de Monsieur Castro, lors de Paris-Valenciennes (35ème journée). Monsieur Castro, arbitre ce soir-là de la rencontre et auteur de grosses erreurs, avait alors été poussé à l'entrée des vestiaires par le directeur sportif parisien de l’époque, Leonardo, ce dernier ayant d’ailleurs été suspendu par la suite par par la commission de discipline. Autre exemple, lors de Evian TG-Paris SG (34ème journée), où l’arbitre du match Mr Thual avait expulsé pas moins de trois Parisiens (Verratti, Beckham et Sirigu), pour des motifs plus ou moins contestables en fin de match.

Le PSG était le deuxième club ayant commis le moins de fautes la saison dernière selon les statistiques données en fin de saison par la LFP, mais c’est pourtant celui ayant reçu le plus de cartons rouges et le troisième à avoir reçu le plus de cartons jaunes. Illogique n’est-ce pas ? Les arbitres s’en prennent-ils plus aux stars du championnat de France qu’aux autres joueurs ? Le parallèle entre la situation des stars du PSG la saison dernière et celle de Falcao cette année est assez flagrant et désolant. Après le PSG, c'est à l'AS Monaco de subir cette saison le zèle des arbitre français ?

Cédric