Vidéo et débats

Temps additionnel / 01/02/2018 - 17h02 / Par Norbert Siri
  


Coincée entre deux matchs de championnat cruciaux, la demi-finale de Coupe de la Ligue contre Montpellier, mercredi soir, revêtait une importance tout aussi capitale puisqu’elle pouvait permettre à l’AS Monaco d’honorer l’une des ambitions présidentielles en rejoignant le PSG, vainqueur de Rennes la veille, en finale de la moins populaire des compétitions du football français. Même si elle évoluait à domicile, la tâche qui incombait à l’ASM n’était pas facile parce qu’il lui fallait en découdre avec l’équipe de Michel Der Zakarian, qu’elle n’avait réussi à battre, en Ligue 1, ni à l’aller, où elle avait été rattrapée in extremis, ni au retour, où elle avait bataillé ferme sans parvenir à percer l’épaisse défense héraultaise. Car, bien qu’elle en ait pris quatre à Paris l’autre jour, l’arrière-garde des Pailladins cette saison est une sorte de forteresse imprenable, sur laquelle bien des attaques s’étaient, jusqu’à présent, cassé les dents.

Pour la saper, les Monégasques ont pris aussitôt leurs visiteurs à la gorge et leur ont rappelé qu’ils étaient bien leur bête noire, invaincue depuis des lustres. En première mi-temps, il n’y a eu qu’une équipe sur le terrain - la nôtre - qui, sur sa lancée de la seconde période de Marseille, a développé un football de qualité, un football conquérant, récompensé par deux buts de fort belle facture, tous deux des pieds de Radamel Falcao (Photo : J-P Kieffer). Sur le premier, d’un contrôle en pivot astucieux au milieu des défenseurs montpelliérains, le Colombien trompait le gardien adverse d’une frappe dosée et précise. Sur le second, il se trouvait à point nommé à la réception d’un centre de la gauche de Rony Lopes, servi en première intention par Andrea Raggi, épatant pour son retour en qualité de titulaire dans le couloir gauche. Un but d’une grande maîtrise technique individuelle, d’une part. De l’autre, son cousin résultant d’une action collective de grande classe. Le public était aux anges.

En revanche, il a vite déchanté, le public aux anges, quand l’assistance vidéo, expérimentée lors de cette Coupe de la Ligue, a été convoquée par l’arbitre. Premier épisode : Stevan Jovetic obtient un penalty pour avoir été fauché par le portier adverse à l’entrée de sa surface. Contestations d’usage, sans plus. Radamel Falcao se prépare à transformer la sanction suprême, lorsque l’arbitre suspend son vol, consulte un écran situé sur la touche et revient sur sa décision. Deuxième épisode : Radamel Falcao, toujours lui, déboule sur la gauche et centre pour Rony Lopes qui inscrit, comme à la parade, un magnifique troisième but, immédiatement accordé par l’arbitre, sûrement sous le charme. Congratulations parmi les Asémistes, liesse dans les tribunes, le match est plié… Stop ! Interpellé par la vidéo, l’arbitre revient encore sur sa décision et invalide le but pour un hors-jeu d’El Tigre au départ de l’action. Le problème, c’est que les images de la télévision prouvent le contraire et démontrent la clairvoyance initiale de l’arbitre.

Autrement dit, l’assistance vidéo, réclamée à cor et à cri par tous les amoureux du football et les chantres de la justice, prête elle aussi à confusion et, pour l’heure, son interprétation n’apporte pas au corps arbitral l’aide infaillible que tout le monde appelle de ses vœux. Que voilà l’objet d’infinis débats. En tout cas, réjouissons-nous de la qualification de notre club pour la finale de la Coupe de la Ligue, le samedi 31 mars à Bordeaux, qui propose la même affiche - un remake, disent les médias à la page - que l’an dernier. L’occasion est belle pour notre équipe de prendre sa revanche sur un adversaire réputé imbattable et, surtout, d’effacer une prestation indigne de joueurs qui allaient devenir d’incontestables Champions de France. En attendant, l’AS Monaco se prépare à boucler sa terrible période charnière par la réception de Lyon. Si elle réalise la même première mi-temps que face à Montpellier et la même seconde qu’à Marseille, elle devrait passer l’obstacle sans encombre.

Daghe Munegu.


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an