Djibril Sidibé : « Partir l'année prochaine en Premier League »

Joueurs / 10/10/2016 - 10h38 / Par Rémi V.
  


Alors qu’il devrait être titulaire sur le flanc droit de la défense des Bleus ce soir à Amsterdam face à l’équipe nationale des Pays-Bas, Djibril Sidibé est en train de s’installer progressivement en Équipe de France. Auteur d’un début de saison convaincant sous le maillot monégasque, le nouveau latéral droit de l’ASM affiche ses ambitions dans une interview accordée au journal Le Parisien.  

Alors qu’il s’apprête à honorer sa troisième sélection, Djibril Sidibé se montre assez satisfait de ses débuts chez les Bleus : « Disons que j’ai répondu présent défensivement, mais je sais que je peux beaucoup mieux faire offensivement ». Auteur d’une entrée intéressante face à la Bulgarie au Stade de France, l’ancien lillois ne se considère pas pour autant titulaire du poste, même si cela fait partie de ses aspirations pour l’avenir : « Le retour de Bacary Sagna a été positif pour moi, car je me sers de lui pour m’accompagner dans cette aventure et prendre de l’expérience. Il joue à Manchester City et continue d’apporter aux Bleus. Bien sûr, j’aspire à être le futur numéro 1 comme chaque joueur aspire à être titulaire ».

Déjà auteur d’un but et d’une passe décisive en 5 rencontres de Ligue 1 avec l’ASM, Sidibé revient sur le profil du défenseur latéral moderne, qui se doit de trouver le juste équilibre entre l’attaque et la défense : « Défensivement je m’en sors très bien, mais c’est vrai que j’aime contre-attaquer. C’est certainement dû au fait que j’ai évolué devant dans ma jeunesse ». Le néo-international est toutefois convaincu de devoir encore faire plus sur le plan défensif pour atteindre réellement le haut niveau : « Je pense avoir acquis une certaine expérience dans le domaine défensif avec Monaco cette saison et Lille auparavant, même si le niveau international c’est encore autre chose ».

Interrogé au sujet de son arrivée sur le Rocher cet été, le joueur de 24 ans concède que la proposition de dernière minute d’Arsenal l’a fait beaucoup hésiter quant à la suite à donner à sa carrière : « J’étais vraiment à deux doigts et j’en avais mal à la tête, d’autant qu’ils se sont positionnés au dernier moment. Normalement, tu sautes directement sur l’occasion mais, après réflexion, je n’étais pas certain que mon temps de jeu soit garanti. J’aurais peut-être joué 25 matchs par saison avec les coupes ». Outre le temps de jeu, la possibilité d’évoluer à son poste de prédilection a pesé dans le choix de Sidibé de rallier le Rocher : « Ils me voyaient plus évoluer à gauche alors que je voulais me fixer à droite ». Toutefois, compte tenu des récentes indisponibilités de Benjamin Mendy, Sidibé a souvent été aligné sur le flanc gauche de la défense princière, enchaînant également les bonnes performances sur ce côté. Alors qu’il avait déjà évoqué son attirance pour le championnat anglais, Sidibé réaffirme pour Le Parisien sa volonté de ne pas s’éterniser sur le Rocher, évoquant même un départ au prochain mercato estival : « J’ai donc préféré rester en Ligue 1 pour prendre le maximum de provisions et partir l’année prochaine en Premier League, car c’est un championnat qui m’attire beaucoup ».

Enfin, le polyvalent défenseur raconte les moments clés de son parcours, à commencer par son enfance, passée dans un quartier populaire de Troyes : « C’était un quartier un peu chaud, avec pas mal de pauvreté en effet. Notre seule passion, c’était le foot, et on s’est réfugiés dedans. Personnellement, cela m’a permis de trouver un certain équilibre entre l’école et le quartier. Mes parents nous mettaient la pression, ils avaient pour objectif de faire de nous des enfants bien éduqués avec un bon bagage scolaire. De notre côté, on négligeait les études, mais je suis allé jusqu’au BEP ventes et je l’ai obtenu ». Il cite deux entraîneurs qui ont compté dans sa progression : Claude Robin, son coach en U18 à Troyes, et Jean-Marc Furlan, qui l’a installé au poste où il s’est révélé : « Je jouais défenseur central, et il m’a décalé au poste de latéral droit par rapport à mes capacités physiques. Avec sa culture du foot très enrichissante, il m’a beaucoup appris ».

Pour retrouver l’avis de Jean-Marc Furlan sur son ancien joueur dont il a réellement lancé le parcours professionnel


 
Infinity Chat :
Dernier message il y a 1 an