Juillet, et ça repart

Matchs amicaux / 13/07/2008 - 14h19 / Par Maxime M.
  


L'ASM disputait son premier match de l'année au stade Aimé-Giral de Perpignan, qui fut en fait deux oppositions de 45 minutes face à l'équipe toulousaine. Ricardo testait ses joueurs avant tout, et relançait son équipe dans le bain d'une saison attendue.

Perpignan (Pyrénées-Orientales) - de notre envoyé spécial

Première mi-temps : Une jeune équipe entre en piste

C'est une équipe tirée du centre de formation, pour la grosse majorité, qui entrait dans l'arène catalane. Les rouges et blancs, pas encore vêtus de leurs nouvelles tenues 2008/2009, s'organisaient dans un 4-5-1 concocté par Ricardo. C'est Ruffier, doublure l'an passé, qui tenait les cages asémistes, devant une défense entièrement nouvelle, composée de Monongu, inhabituellement placé à droite, Muratori à l'opposé et la paire Legati/N'Koulou dans l'axe. Devant eux, Gosso effectuait son premier match au cours de son essai monégasque, derrière Martin et Meriem, axiaux eux-aussi. Les ailes étaient occupés par Pino à droite et Nenê à gauche et c'est le jeune Sagbo qui fut enrôlé à la pointe de l'attaque. Le match démarrait de manière plutôt dififcile pour les monégasques. En effet l'équipe toulousaine, qui disputait déjà son troisième match amical, avait aligné ses titulaires habituels et dominait la rencontre. Dangeureux à chaque action de jeu, les violets ont mis à l'épreuves à de nombreuses reprises la défense princière dont le placement et la coordination restent à revoir. Cette nouvelle défense n'a en effet pas énormément convaincu. Legati, unique recrue, n'a pas montré l'étendue de son assurance ni un jeu de tête à toute épreuve, comme annoncé, et N'Koulou, malgré de bonnes séquence, a commis quelques erreurs qui auraient pu coûter cher. La seule action qui a aboutit chez l'adversaire est finalement arrivée très tôt, quand Gignac, du côté de Muratori, s'infiltre dans les 6 mètres et passe en retrait pour Bonnet, qui bat Ruffier. L'ASM a répliqué tout de même sur Carasso avec Nenê, Meriem ou encore Pino. Le brésilien, sur deux coups francs, aurait pu trouver la faille, comme l'ex-girondin, sur sa frappe enroulée. Pino, malgré quelques percées et une technique sommes toutes au dessus du lot, n'a rien démontré de très intéressant. Enfin, les interrogations sur Gosso (photo) se soldent de manière dans l'ensemble rassurantes, puisqu'en effet, l'ivoirien s'est montré très positif pour sa défense et son milieu, malgré des crampons mal ajustés, lui coûtant de multiples glissades.Les joueurs repartirent au vestiaire avec un but de retard.

Deuxième mi-temps : Les 11 Jokers de Ricardo

Plus pour tester ses joueurs que par souci de remonter le score, le technicien brésilien (photo) change totalement son équipe après la pause. L'arrière garde et le portier sont bien connus, Roma, Adriano, Modesto, Monsoreau et Cufré reviennent en piste cette saison. Devant eux la moyenne d'âge baisse, puisque les jeunes Dufau, Zola et Licata (en meneur) composent le milieu. Bakar, malgré sa préférence à gauche, prendra l'aile droite, l'autre étant déjà occupée par Mangani, habituellement latéral gauche et surtout défenseur axial, qui malgré cela, se montrera assez à l'aise. Devant, l'imposant Nimani va tenter d'égaliser pour Monaco. D'entrée de jeu, le constat est clair. La défense titulaire est plus sereine et le fonctionnement offensif de l'équipe s'en ressent. Bien qu'auteur d'une faute d'antijeu, surprenante de sa part, Monsoreau a été solide tout comme Cufré, très actif sur l'aile. C'est d'ailleurs lui qui, sur une montée à gauche, décochera le centre pour la tête de Nimani, qui fait revenir Monaco dans la partie, à la 64ème. En revanche, Toulouse fut bien plus timide dans cette seconde période, bien dominée au milieu par un Dufau au sens tactique remarquable, doté en plus d'un fort caractère, et par l'activité sans relâche de Bakar à droite et Licata, plus dans l'axe qu'à gauche. C'est finalement sur ce score que vont se quitter les 44 acteurs du matchs, Casanova ayant lui aussi effectué 11 changements au cours de la seconde période.

Pour faire simple, ce match de mise en jambe n'apporte bien entendu aucune conclusion, encore moins de conclusion hâtive envers Legati et Gosso, dont le bilan est mitigé, surtout pour le premier, assez en deça. Néanmoins certains jeunes ont fait bonne impression (Dufau, Nimani, Licata ou Bakar), d'autres moins, à l'image de Mongongu, qui aura toutefois pour s'excuser d'un placement douté joué à un poste inconnu. De plus, Gosso devrait s'engager avec l'ASM, et Dufau et Zola devraient intégrer le groupe pro (Lien) en plus des retours des croates Porkrivac et Leko. Prochain match contre le NK Zagreb à Draguignan.

 

L'équipe-type du match : (4-5-1)

----------------------------------------------Ruffier (Roma)--------------------------------

Adriano-------------------Modesto------------------Monsoreau----------------Cufré

------------------------------Dufau (Gosso)--------------Martin---------------------------

--------------Bakar-------------------------Meriem----------------------Nenê------------

-----------------------------------------------Nimani------------------------------------------

Les absents du match côté monégasque :

Menez, Piquionne, Bernardi (convalescence), Perez (reprise), Pokrivac, Leko (vacances), Vallaurio, Lescure (instance de prêt).

La feuille de match : ICI

Meilleurs joueurs planète-ASM :

1/ Nenê  
2/ Cufré
3/ Dufau

Moins bons joueurs planète-ASM :

1/ Legati
2/ Mongongu
3/ Muratori